Economie

Perspectives : l’EIU met en garde contre une «surdépendance» sur le tourisme

Tourisme Les arrivées touristiques ont progressé de 4.3% en 2018.

Pour assurer sa croissance, Maurice ne peut prendre le risque de miser gros sur un secteur spécifique. Avec l’imminence des difficultés sur le moyen terme, c’est notre petite économie, ouverte sur le reste du monde, qui serait impactée.

«La surdépendance sur le tourisme est risquée parce que le secteur reste vulnérable aux facteurs externes. » C’est ce qu’affirme l’Economist Intelligence Unit (EIU) dans une analyse en date du 19 février. « Une faiblesse renouvelée dans la zone euro ou toute instabilité dans les marchés émergeants pourrait engendrer des implications négatives. »

Cette analyse de l’EIU, axée sur ce pilier de l’économie mauricienne, intervient à un moment où l’on assiste à un ralentissement dans le nombre de touristes. En janvier, on a connu certes une croissance de 1.1 % dans les arrivées. La hausse est néanmoins attribuable à un bond de 87 % dans le nombre de croisiéristes accostant Port-Louis. Les touristes venant par avion – des visiteurs dépensant davantage que les croisiéristes – sont en baisse de 2.3 %.

En dépit de cette augmentation minimale, Statistics Mauritius maintient ses estimations pour l’année en cours. Dans son rapport trimestriel sur le tourisme, l’agence fait ressortir que le pays accueillerait 1.45 million de visiteurs en 2019. Ce qui représente une progression de 3.6 % par rapport à l’année précédente. Si les arrivées dépassent 1.4 million, ce sera un nouveau palier record. Record en vue dans les recettes qui sont estimées à Rs 67.5 milliards par la Banque de Maurice (contre Rs 64 milliards en 2018). 

Rappelons qu’au niveau des revenus, ils ont été en baisse trois mois de suite (septembre, octobre et novembre 2018) après une croissance supérieure aux attentes au cours des neuf premiers mois de l’année écoulée. « Le tourisme demeure une des principales sources de revenus (dans le secteur) des services. Le secteur représente 8 % du Produit Intérieur et 10 % des emplois », fait ressortir l’EIU. « Les revenus auront une croissance marginale pour passer à Rs 67.5 milliards. Ce, en raison des dépenses moindres des consommateurs en Grande-Bretagne dans le sillage du Brexit (retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne). »

Même si la progression est minimale, l’auteur du rapport estime que l’objectif des Rs 67.5 milliards sera atteint. L’EIU cite d’abord le plan stratégique du gouvernement visant à augmenter le nombre de touristes et la durée de leur séjour. Le plan, explique l’EIU, consiste à diversifier les sources de visiteurs en ciblant le marché asiatique (outre que la Chine) et en réduisant la dépendance sur l’Europe, l’apport de nouvelles dessertes et une politique agressive de marketing.

« Tenant compte de l’excellente performance du secteur touristique en 2018 et les mesures énoncées ci-dessus, nous nous attendons que le gouvernement atteigne l’objectif des revenus de Rs 67.5 milliards en 2019, ce qui n’est pas une forte hausse de toutes les  façons », résume l’EIU.

Les principaux marchés en 2018
Pays Arrivées Hausse (baisse)
France 285,371 4.40%
Royaume-Uni 151,913 1.40%
La Réunion 138,439 (-5.2%)
Allemagne 132,780 11.70%
Afrique du Sud 128,097 14.20%
Inde 85,765 (-0.6%)
Chine 65,736 (-9.9%)

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • Oeudor