Live News

Perspectives - Immobilier : une année 2022 prometteuse à l’horizon

L’immobilier demeure un investissement sûr.
laval
Laval Savrimootoo, porte-parole de l’Association des agents immobiliers.

Les opérateurs sont optimistes quant à la performance du secteur immobilier cette année. Ils prévoient plus de vente cette année et notent, dans la même foulée, un changement au niveau de la demande en raison de la pandémie.

L’immobilier demeure un investissement sûr face à l’impact de la COVID-19. Gulshan Balgobin, directeur de Gbel Real Estate, s’attend d’ailleurs à ce que le secteur immobilier connaisse une meilleure performance en 2022. « Les gens vont investir davantage dans l’immobilier que les années précédentes », soutient-il. 

ashwin
Ashvin Seeboo, Chief Executive Officer du pôle immobilier du groupe Trimetys.

Ashvin Seeboo, Chief Executive Officer du pôle immobilier du groupe Trimetys, observe que « le secteur se porte bien en ce moment malgré un contexte sanitaire difficile ».

Il faut dire que l’immobilier attire la clientèle étrangère. Laval Savrimootoo, porte-parole de l’Association des agents immobiliers, observe qu’il y a effectivement « une reprise dans le secteur de l’immobilier de luxe » et note « un fort engouement de la part des étrangers pour investir dans les villas à Maurice ». Les bungalows et les villas ont notamment la cote auprès des investisseurs étrangers.

Qu’en est-il de la clientèle locale ? Laval Savrimootoo note une stagnation à ce niveau à cause de la crise économique. « Les Mauriciens préfèrent les endroits comme Route Bassin, Quatre-Bornes, Solferino. Il faut compter Rs 20 000 la toise. Pour eux, c’est cher », fait-il ressortir. Gulshan Balgobin soutient, lui, que certains Mauriciens optent quand même pour l’immobilier, car ils considèrent la propriété comme « une garantie et un investissement à vie ».

gulshan
Gulshan Balgobin, directeur de Gbel Real Estate.

Défis

Cependant, le secteur est confronté à plusieurs défis. Manoj Dhurowa directeur de Yan Immobilier Ltd, cite notamment « la flambée du prix des matériaux ». Ce qui a un impact conséquent sur les prix des biens immobiliers qui pourront augmenter davantage. Ashvin Seeboo évoque, lui, d’autres facteurs comme la difficulté de trouver de la main-d’œuvre qualifiée, les nouveaux variants du coronavirus qui émergent dans le monde ainsi que la dépréciation de la roupie. Gulshan Balgobin pense que la pandémie ne s’arrêtera pas sitôt et que les clients doivent s’adapter à la nouvelle normalité. Il note d’ailleurs « un nouveau type d’acheteurs et de vendeurs » au sein de notre communauté et « avec un nouvel état d’esprit en termes d’investissement ». 

manoj
Manoj Dhurowa, directeur de Yan Immobilier Ltd.

Ashvin Seeboo observe, pour sa part, que la crise sanitaire a renforcé la conscience écologique. « Depuis le premier confinement, nous avons observé une nouvelle clientèle en ce sens », fait-il part, tout en rappelant que le confinement a été « une révélation pour les potentiels acheteurs qui aspirent maintenant à des appartements bien pensés, proches de la nature, avec des facilités du quotidien à proximité ». 

« Nous nous sommes de ce fait aussi réinventés et nous avons revu le projet O’Patio. Ce développement immobilier comprend des murs végétaux avec différentes espèces de plantes au cœur de son jardin central », fait-il valoir. Au-delà de son aspect esthétique, poursuit Ashvin Seeboo, cette installation permet de maintenir la fraîcheur à l’intérieur de l’immeuble. Aussi, les eaux usées de la station d’épuration serviront à l’irrigation et des chauffe-eau solaires seront installés. Le projet a connu un fort succès avec plus de 76 % d’acheteurs mauriciens, renchérit-il. 


Le saviez-vous ? 

  • Impôts et taxes, les frais de notaires inhérents à tout achat foncier, ou encore les assurances sont autant des dépenses liées à l’immobilier. 
  • Le Home Loan est disponible à partir de 5 % * (offre soumise à conditions). Les processus administratifs pour le “home loan” se font à partir de trois mois de la demande de prêt. Face à un rude marché, certaines banques proposent des prêts d’un montant minimum de Rs 500 000, remboursables sur 30 ans. S’agissant les primo-accédants, d’autres offrent un financement jusqu’à 100% pour une somme maximale de Rs 8 millions.  

Nouveau projet du groupe Trimetys 

Ashvin Seeboo annonce que de nombreux projets seront mis en chantier cette année. Selon lui, le parc du Cap Tamarin ainsi que les développements résidentiels L’Ofis, O’Patio, Villas A’loès et O’Barachois. La phase 1 de C+S, centre de diagnostic médical pluridisciplinaire doté de technologies de pointe et d’une palette d’expertises offrant des consultations, des soins d’urgence, des services d’imagerie et des analyses biomédicales ainsi qu’un centre de chirurgie ambulatoire, verra aussi le jour au cœur de la Smart & Happy Village de Cap Tamarin, conclut-il. 

Chiffre à retenir 10,5 %. 

C’est la contribution des secteurs de l’immobilier et de la construction au Produit intérieur brut (PIB) du pays.  

Combien ça coûte ? 

Les agences immobilières ont actuellement plus d’une cinquantaine d’offres. Les luxueuses villas se vendent entre Rs 8,5 millions et Rs 16 millions. Les clients étrangers sont majoritairement de France, d’Afrique du Sud, du Royaume-Uni, la Suisse, la Belgique et l’Italie, l’Inde, la Russie, la Chine et d’autres pays.  

Pour les duplex, dont la clientèle est composée de Mauriciens de la classe moyenne, il faut compter Rs 4,9 millions cette année contre Rs 3,5 millions l’an dernier. Un appartement de deux chambres est disponible à partir de Rs 3,9 millions. Les endroits les plus prisés restent Grand-Baie, Pereybère, Flic-en-Flac et Trou-aux-Biches, et les régions rurales avec des infrastructures modernes. 

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !