Economie

Perspective 2019 : les consommateurs s’attendent à un sursaut des décideurs politiques 

Perspective 2019 : les consommateurs s’attendent à un sursaut des décideurs politiques  Selon la CAP, la protection des consommateurs n’a pas été la priorité des décideurs politiques, en 2018.

La reconnaissance de leurs droits à tous les échelons et dans tous les secteurs, c’est tout ce que réclament les consommateurs des décideurs politiques pour cette année 2019. Et pour que cela puisse se réaliser, il n’y a pas d’autre voie que l’adoption des Principes Directeurs des Nations Unies pour la protection des consommateurs, en premier et par conséquent l’adoption d’une politique nationale de protection des consommateurs. 

Ce sont les deux thèmes qui préoccuperont les organisations de consommateurs, la Consumer Advocacy Platform (CAP), en particulier. Force est de constater, selon la CAP, que la protection des consommateurs n’a pas été la priorité des décideurs politiques, en 2018. 

De plus, l’adoption d’une loi qui protège efficacement les consommateurs, avec des dispositions avant-gardistes telles que le recours à l’action de groupe, par exemple, ou l’interdiction de la vente pyramidale, devra être la priorité du gouvernement cette année. Néanmoins, pour les associations des consommateurs, avec l’agenda électoral de cette année, il est peu probable que la loi tant promise soit une réalité, en 2019. 

Pour en revenir au renforcement des droits des consommateurs, il est impératif au gouvernement de formuler une politique nationale de protection des consommateurs en vue de faire respecter les droits de ces derniers dans tous les secteurs. Pour qu'elle soit une réalité, il est plus que primordial  que le gouvernement ratifie les Principes directeurs des Nations Unies sur la protection des consommateurs, document qui permet de définir les contours d’une politique de protection des consommateurs. Faute de quoi, la protection des consommateurs restera, pour reprendre les mots du DPP, un slogan creux.

Au niveau du commerce, en général, les consommateurs attendent beaucoup de la loi sur la propriété industrielle. Celle-ci devrait adopter le principe de l’exhaustion internationale sur les droits de propriété et ainsi faciliter le marché parallèle et dans le long-terme, permettre l’accès à des produits de marque à des prix plus compétitifs.  

Les consommateurs s’attendent, dans la même foulée, à pouvoir profiter du rétablissement du marché parallèle avec une révision de la politique du ministère de la Santé sur l’importation des médicaments. 

Sur le même registre, en sa qualité de médecin, le ministre de la Santé devrait s’activer à élaborer et adopter une charte des patients. Un tel document avait été déjà circulé pour des consultations pour se retrouver, dix ans plus tard, toujours dans un tiroir du ministère. L’adoption d’une Charte des Patients avec l’énonciation des droits et des responsabilités des patients est en ligne avec le renforcement des droits des consommateurs, tel que recommandé par les Principes directeurs des Nations Unies.