Live News

Père Philippe Goupille : «La visite du pape va sanctifier notre terre»

Père Philippe Goupille

Le pape François a fait preuve de beaucoup d’ouverture concernant les problèmes qui ont secoué l’Église catholique. Le pape est en faveur de la transparence. Tel est l’avis du père Philippe Goupille, curé à la paroisse Notre-Dame de Fatima à Triolet et président du Conseil des religions. Il a été désigné pour être l’interprète du pape François lors de sa visite à Maurice le 9 septembre prochain. 

Vous serez l’interprète du pape François quand il effectuera sa visite à Maurice le 9 septembre. Comment ce choix a-t-il été fait ?
Quand j’étais étudiant à Rome au début des années ‘60, j’ai suivi une session de formation dans une école spécialisée et j’ai un diplôme d’interprète. Cela, dans le sillage du Concile Vatican II où les évêques ont dit que le pape ne devrait plus gouverner l’Église tout seul mais en collégialité avec les autres évêques. J’ai ainsi fait la traduction simultanée lors du premier synode des évêques à l’époque du pape Paul VI, pour le concile du Vatican, dans les réunions de Justice et Paix, du Conseil de la famille. Je pense que c’est ainsi qu’on a fait appel à moi pour assurer le rôle d’interprète pour la visite du pape à Maurice.

Certains considèrent le pape comme un révolutionnaire. Qu’en pensez-vous ?
J’ai une grande vénération et un grand respect pour lui. Il veut vraiment réformer l’Église. Quand l’Église catholique a eu à faire face au problème de pédophilie en son sein, cela a été des moments difficiles mais il a su faire preuve d’un grand esprit d’ouverture et ne veut rien cacher. Il souhaite être transparent. Il y a cette ouverture envers les pauvres, les migrants et les délaissés de la société. Le pape François a également un désir de dialoguer avec les autres religions. C’est très important pour notre pays qu’on ait la visite d’un pape qui s’intéresse à l’interreligieux et l’interculturel.

Pensez-vous que son message est suffisamment compris ?
Faire comprendre un message n’est pas tout le temps facile. Mais c’est comme dans la parole du semeur. Une partie des graines peuvent tomber dans la bonne terre, germer et rapporter du fruit alors que d’autres peuvent tomber dans une terre aride, dans les ronces ou au bord du chemin. Ce n’est qu’après sa mort que l’histoire nous dira à quel point il a influencé l’Église. 

Pensez-vous que les Mauriciens sont prêts à accueillir les paroles d’un pape qui nage à contre-courant ?
Je ne sais pas dans quelle direction exactement son message va aller. Il va certainement parler de l’interreligieux et de l’écologie qui est une de ses grandes préoccupations. Je suis très touché de ce qu’il dit quand il affirme qu’on peut tout pardonner entre humains mais la création ne va jamais nous pardonner des blessures qu’on lui inflige. 

Le thème de son périple à Maurice est Pèlerin de paix. Pensez-vous que sa visite peut contribuer à cimenter le vivre-ensemble mauricien après les Jeux des îles de l’océan Indien (JIOI) qui ont ravivé la fibre patriotique ?
Je l’espère de tout mon cœur. Les JIOI ont soulevé un grand élan de patriotisme. Ce serait bien si cela pouvait nous faire continuer à surfer sur cette vague car ce serait un grand progrès pour le pays. Mais cela ne dépend pas du pape mais de tous les Mauriciens.

En tant que président du Conseil des religions, que pensez-vous qu’il faut faire pour continuer à surfer sur cette vague de patriotisme ?
Je suis frappé à quel point les autres religions dans leur majorité sont heureuses d’accueillir la visite du pape à Maurice. Dans toutes les autres religions la visite d’un saint-homme est considérée comme une bénédiction quand il pose les pieds sur une terre.  La visite du pape à Maurice va sanctifier notre terre et ce sera une bénédiction pour le pays et pour la population. Même s’il n’y aura pas de rencontre formelle avec le Conseil des religions, ce sera quand même intéressant d’entendre le message du pape.

Qu’attendez-vous de cette visite à Maurice et quelle devrait être l’attente des Mauriciens ?
Dans le cœur de tous les Mauriciens, il y a un grand désir du vivre-ensemble. Par exemple, il y a des couples de religions différentes qui veulent se marier. Les jeunes ont une grande espérance que toutes ces barrières communales ou communautaires puissent changer en des lieux de rencontres. Le cœur de l’homme cherche le bonheur, la paix, la réussite et une bonne éducation pour ses enfants. Nous avons tous les mêmes aspirations. Si nous pouvons éviter de nous diviser, nous pourrons atteindre plus vite cet objectif commun.

Vous parlez du mariage de couples de religions différentes. Qu’en est-il des couples brisés et des divorcés remariés. Que peuvent-ils espérer de la visite du pape ?
Je ne sais pas si le pape va parler de cela ici mais au niveau de l’Église universelle, il a recommandé un accueil spécial pour les divorcés-remariés afin que personne ne soit exclu de la vie de l’Église.


L’interprète

C’est avec une grande joie que le père Philippe Goupille a accueilli sa désignation pour assurer le rôle d’interprète du pape François à Maurice. Il aura à traduire simultanément son homélie lors de la messe au monument Marie Reine de la Paix, son discours à la State House. Le père Goupille sera aussi l’interprète du souverain pontife lors des conversations privées que le pape aura avec le président de la République par intérim et le Premier ministre entre autres.  « C’est une grosse responsabilité car il faut faire attention pour ne pas déformer les propos des uns ou des autres. Il faut trouver les expressions justes car la traduction simultanée n’a jamais été facile » dit-il. Afin de pouvoir assumer pleinement sa fonction, le père Goupille a repris des cours d’italien à distance. 


Exercice de simulation

Les préparatifs en marge de la visite du pape à Maurice le 9 septembre prochain avancent à grands pas. Une nouvelle étape a été franchie, le samedi 17 août, avec un exercice de simulation, à l’initiative de la force policière, à Port-Louis. 

Un exercice de simulation dans le cadre de la visite du pape François à Maurice le 9 septembre a eu lieu le samedi 17 août. Le but étant de passer en revue le dispositif de sécurité qui sera mis en place, de revoir le rôle de chacun et d’analyser les forces et les éventuelles faiblesses des mesures. « Nous avons effectué cet exercice afin de peaufiner le dispositif que nous avons mis en place et savoir qui fait quoi et quand », nous a expliqué une source proche du dossier. Cet exercice de simulation a mobilisé les membres de la force régulière, mais aussi ceux de la VIPSU, entre autres. Notre interlocuteur nous a aussi fait comprendre que d’autres exercices similaires sont prévus dans tous les lieux où le pape François va passer, particulièrement sur le trajet de la cathédrale au monument Marie-Reine-de-la-Paix et à Ste-Croix où il est prévu que le souverain pontife se déplace dans un véhicule qui lui servira de papamobile afin d’être au plus près de la population. 

Le personnel de l’hôpital Dr A. G. Jeetoo et le service du SAMU sont également mobilisés, selon le protocole établi par le ministère de la Santé, avons-nous également appris. Cela, en conformité avec le dispositif établi à chaque visite d’État à Maurice. L’établissement de santé dispose de toutes les facilités nécessaires pour faire face à n’importe quel type d’urgence nous a fait comprendre une source proche du dossier. Un véhicule du SAMU fera ainsi partie du cortège à l’aéroport à l’arrivée du pape François jusqu’à son départ. L’équipe, qui a déjà été constituée, participe également aux exercices de préparation. 

Ainsi rien n’est laissé au hasard afin que la deuxième visite d’un pape à Maurice se déroule sans anicroche.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • Oeudor