Actualités

Pédophilie : miséricorde de la cour envers de Ravel de L’Argentière

Joseph Marie Michel de Ravel de l’Argentière Joseph Marie Michel de Ravel de l’Argentière à sa sortie de la cour intermédiaire.

La maladie de Joseph Marie Louis Michel de Ravel de L’Argentière – il est atteint d’une tumeur cérébrale maligne –  a pesé lourd sur le verdict de la cour intermédiaire. Celle-ci lui a imposé, le mercredi 24 avril, trois cautions de bonne conduite. Il avait été jugé coupable le 28 août 2018 d’attentat à la pudeur sur huit fillettes, entre 1980 et 2004.

C’est sous les hués des proches des victimes que l’homme d’affaires de Tamarin, Joseph Marie Louis Michel de Ravel de L’Argentière, âgé de 58 ans, a quitté la salle d’audience de la cour intermédiaire. L’accusé, jugé coupable sous vingt-et-une accusations d’attentat à la pudeur sur huit fillettes entre 1980 et 2004, a obtenu comme sentence ce mercredi 24 avril 2019, trois cautions de bonne conduite. Il dispose de 21 jours pour s’acquitter des trois cautions qui sont de Rs 30 000, 20 000 et Rs 10 000. De plus, il devra signer deux engagements de dettes à hauteur de Rs 50 000 et Rs 25 000 respectivement. Il devra aussi ne pas enfreindre la loi durant les trois prochaines années. À défaut de quoi, il encourt entre un mois et trois mois de prison.

Dans sa décision justifiant la sentence, la magistrate Niroshini Ramsoondar s’est référée au « témoignage non réfuté » du neurologue Hemraz Boodhoo sur l’état de santé de l’accusé. La cour note que ce dernier souffre d’une « tumeur cérébrale maligne agressive ».

Maladie diagnostiquée en novembre 2018, après l’énoncé du jugement le 28 août 2018. Il a subi une chirurgie et suit actuellement un traitement alternatif de chimiothérapie après avoir développé une allergie au premier médicament de choix postopératoire.

« La cour est convaincue que la maladie de l’accusé doit être considérée comme un risque potentiellement mortel qui justifierait l’imposition d’une peine plus légère en tant qu’acte de miséricorde ».

Selon le neurologue, Joseph Michel de Ravel de l’Argentière dispose de 8% d’espérance de vie pour les prochains 24 mois. « D’après mon expérience, je dirais que seulement 1/3 ou moins de 25% des patients survivent pendant 12 mois au cours de la première année suivant le diagnostic d’une tumeur », avait notamment soutenu en cour le Dr Hemraz Boodhoo. Celui-ci a ajouté qu’il n’y a pas de traitement curable pour cette maladie.

Autre facteur atténuant dans l’affaire : la magistrate a souligné que Joseph Marie Louis Michel de Ravel de L’Argentière en est à sa première condamnation devant la justice. L’accusé était défendu par Mes Gavin Glover, Senior Counsel et Ludovic Balancy.  La poursuite était représentée par Me Roshan Varma Santokhee qui avait requis une peine de prison dans l’affaire.


Pedostop attristé

L’ONG Pedostop a réagi après la sentence contre Joseph Marie Louis Michel De Ravel de L’Argentière. « Nous sommes vraiment tristes pour les victimes qui se battent depuis sept ans », a affirmé Joëlle Hannelas. La présidente de l’ONG s’est confiée à Radio Plus le mercredi 24 avril après-midi. Elle ajoute : « Cette affaire et surtout ce jugement ont découragé plus d’une ». Selon Joëlle Hannelas, des victimes d’abus sexuels (impliquées dans d’autres cas) l’ont contacté mercredi pour dire « qu’elles ne voulaient plus porter plainte, parce qu’elles sont découragées de voir un jugement pareil ».

Joseph Marie Louis Michel De Ravel de L’Argentière : « Je suis satisfait »

C’est à l’aide d’une canne anglaise que Joseph Marie Louis Michel De Ravel de L’Argentière s’est présenté en cour. Le crâne rasé, il s’est déplacé lentement le long du banc des accusés pour connaître la sentence. Après l’énoncé de la sentence, il a affiché un sourire vers son avocat avant de quitter la salle d’audience. « Je suis satisfait » a-t-il répondu aux journalistes qui le pressaient de questions sur la sentence. Me Gavin Glover, déclinera toute déclaration.


Des victimes suspendues au DPP

victime

Les victimes et proches parents venus assister à l’énoncé de la sentence, le mercredi 24 avril 2019, ont affiché leur mécontentement après la sentence. Regroupés autour de leur avocat, Me Yanilla Moonshiram, après l’énoncé du verdict, ils ont laissé entendre qu’il incombe maintenant au Directeur des poursuites publiques (DPP) de décider d’un appel éventuel contre la sentence. Si pour l’instant ils se gardent de toutes déclarations publiques, ils disent attendre de prendre connaissance du verdict pour décider de la marche à suivre. Si la décision de la cour intermédiaire concerne la partie pénale, Joseph Marie Michel de Ravel de l’Argentière fait face à pas moins de sept réclamations au civil. Les plaignantes sont aujourd’hui pour la plupart âgées entre 21 et 27 ans. Elles accusent Michel de Ravel de l’Argentière d’avoir abusé de leur innocence alors qu’elles n’étaient que des enfants. Elles réclament chacune des dommages de Rs 5 millions. Ces affaires sont toujours devant la Cour suprême.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • Made for more