Politique

Paul Bérenger pour un « free vote » sur la Motion of Disallowance

Paul Bérenger

Paul Bérenger se dit en faveur de la Motion of Disallowance sur la hausse du prix des produits pétroliers, déposée par Xavier-Luc Duval vendredi. Annonce faite lors d’une conférence de presse à l’hôtel Hennessy Park, Ébène, le samedi 19 mai. 

Selon le leader du MMM, c’est bien qu’il y ait des dénonciations et des condamnations unanimes après cette hausse des prix. Il a lancé un défi au Premier ministre de laisser place à un free vote pour les membres de la majorité. Les députés mauves voteront tous en faveur de la motion du leader de l’opposition, selon Paul Bérenger.

« Mo tande mem sertin minis pa a lez avek sa », a-t-il soutenu, tout en critquant « la manière de faire du gouvernement, qui refuse la transparence ». « Kan poz kestion zot dir sekre deta », argumente le leader du MMM. 

Paul Bérenger avance que la hausse des prix des produits pétroliers a provoqué « un bouleversement dans le pays ». Il parle d’un « effet boule de neige » et prévoit « un impact considérable » dans les jours et semaines à venir. Le leader du MMM demande une révision des taxes sur les produits pétroliers et que la taxe de Rs 4 soit enlevée.

L’ancien leader de l’opposition a condamné la compensation de Rs 15 millions à l’ancien ministre Dayal. Selon Paul Bérenger, c’est trop facile pour trouver un accord en interne et ensuite réclamer une compensation auprès de l’État. Raj Dayal réclamait Rs 1 milliard dans un procès suivant sa destitution par un tribunal constitutionnel en 2000. Paul Bérenger affirme que la population n’apprécie pas de telles décisions.

Paul Bérenger a aussi critiqué Ivan Collendavelloo. Selon le leader des mauves, Ivan Collendavelloo aurait esquivé des questions parlementaires sur le projet Bagatelle Dam. Commentant le Bill sur la transplantation d’organes, Paul Bérenger a exprimé son souhait « pour dépolitiser le sujet ». 

Évoquant la gestion de la Banque de Maurice, le leader du MMM parle d’une « catastrophe » et d’une « honte pour le pays ». Il dit « compiler des informations » et viendra de l’avant avec des détails bientôt. 

Paul Bérenger s’est également prononcé sur l’institution d’une commission pour enquêter sur l’ancienne présidente de la République. Il s’est dit « mal à l’aise » à propos de la constitution d’une commission composée de trois juges, qui feront également des recommandations sur une réforme politique.