Politique

Paul Bérenger : «Le Maritime Security Agreement doit être rendu public»

Paul Bérenger Le leader des mauves a évoqué les points saillants de l’actualité.

Le leader du Mouvement militant mauricien (MMM), demande au gouvernement que le Maritime Security Agreement, qui a été signé avec l’Inde, soit rendu public. Il était face à la presse à l’hôtel Hennessy Park, à ébène, samedi.

Sur la construction d’une base militaire à Agaléga, Paul Bérenger a souligné que cela a toujours fait polémique. « Dans le cas de l’île de l’Assomption, appartenant aux Seychelles, un accord avait été signé pour que des facilités maritimes et militaires soient développées. L’accord , qui date de 2015, a été revu et un nouvel accord a été signé le 28 janvier dernier.

L’Inde a fait savoir que ce ne sera pas une base militaire, mais que les facilités seront utilisées par les deux pays concernés », a-t-il dit. Paul Bérenger a affirmé que, dans le cas de Maurice et l’Inde, ce n’était pas la même chose. « Dans ce cas, il y a un protocole d’accord entre les deux pays pour le développement d’une piste d’atterrissage et celui du port. Quand Pravind Jugnauth était en Inde, il avait signé un Maritime Security Agreement qui n’a pas été rendu public. Mais on souhaite qu’il le soit. Jusqu’à présent, il n’y a aucune indication que l’Inde ait fait une demande pour des facilités militaires », a-t-il indiqué. Et d’ajouter que la députée Danielle Selvon comptait poser une question parlementaire sur Agaléga à la reprise des travaux de l’Assemblée nationale.

En ce qui concerne le poste du leader de l’opposition, le Parti Travailliste serait d’accord pour que Xavier-Luc Duval conserve la fonction, dit-il. Du coup, le changement de leader de l’opposition n’est plus d’actualité et « à la rentrée parlementaire, on va voir comment les choses vont évoluer », a-t-il précisé.

À propos de l’enrôlement à la Cargo Handling Corporation, le leader des mauves a souligné que jusqu’en 2005, il y avait un accord selon lequel priorité en matière d’embauche serait accordée aux enfants des employés de cet organisme. « Après 2005, il y a eu des changements. Il y a eu des abus de la part de certains ministres et des gens ont été recrutés à l’autre bout de l’île. C’est normal que les habitants de la région de Roche-Bois veuillent que ce soit eux qui aient la priorité en matière de recrutement au sein du CHC », a-t-il souligné. Il a invité le Premier ministre à accorder une attention à ce dossier.

À propos de la position du député Arvin Boolell concernant la dépénalisation du cannabis, Paul Bérenger a affirmé que ce dernier « s’est sauvé ». « On ne connaît pas les effets secondaires du gandia, mais en tout cas, c’est dangereux de libéraliser la consommation du cannabis afin de combattre les drogues de synthèse », a-t-il dit. évoquant la nomination de Raj Meetarbhan à la cellule de communication du Premier ministre, il s’est dit  « chagrin pour lui ».