Magazine

Patrimoine de l’île Maurice : les Tours Martello

La Batterie de l’Harmonie est l’une des cinq tours ou forteresses de l’époque anglaise se trouvant dans la baie de la Rivière-Noire.

La Tour Martello, construite durant la première moitié du 19e siècle par l’armée anglaise à travers le monde, vise à protéger les terres de la couronne britannique contre la menace des forces de l’armée française sous le règne de Napoléon. 

Ces véritables chef-d’œuvre architecturales de l’armée britannique construites à travers l’ile entre 1830 et 1840 sous l’occupation anglaise auront coûté la coquette somme de £ 15 000 pour les cinq tours érigées à travers l’île. Ce montant représentait une somme modique à l’époque, deux ont été construites à Port-Louis qui ont dû être rasées lors de la construction de la rade de Port-Louis, deux dans la région de Rivière-Noire et une autre à l’entrée de Pointe-aux-Sables.

Ces tours construites à travers l’île ont été occupées par une vingtaine de soldats, avec sa forme cylindrique et  d’une hauteur d’environ 15 mètres et d’un diamètre de plusieurs mètres.Les soldats utilisaient une échelle escamotable pour avoir accès au premier étage de la tour. Il y a un rez-de-chaussée où les réserves de poudre étaient stockées, avec un soubassement pour garder l’eau et de la nourriture, une cuisine et une place pour accueillir les soldats  en poste pour dormir. Il ne faut pas oublier une place réservée pour les pièces d’artillerie, la plupart des tours ont été construites pour la défense côtière de l’île. Les pièces d’artillerie étaient montées sur des supports en bois qui leur permettaient une mobilité tout autour du haut de la tour. 

Une des trois tours de l’île a été restaurée, c’est à La Preneuse, pour illustrer  la vie des soldats britanniques de l’époque coloniale et leur conditions de vie et l’accès à la tour a été transformé en un musée et celui de la Baie de Rivière-Noire les Batteries de l’harmonie  est hélas  dans un état lamentable et celle à l’entrée de Pointe-aux-Sables, La Tour Martello,  s’élève fièrement,  étant construit pour défendre l’entrée de la rade et des environs.

Texte et photos : Waren Marie