Xplik ou K

Passport & Immigration Office : elle attend un mois et demi pour son passeport

passport

Marie Michèle, qui souffre d’un handicap à l’œil, a dû présenter un certificat médical pour prouver son état de santé. Cette formalité lui a valu une longue attente. Au final, elle aura poireauté un mois et demi pour une formalité qui dure généralement quatre jours.

Cette habitante de Grand-Gaube explique s’être acquittée des frais de Rs 700 auprès de la section Passeport & Immigration à la police de Piton depuis le 29 juin. « Étant donné que je suis divorcée depuis peu, j’ai dû compléter des formalités pour changer mon nom marital pour utiliser mon nom de jeune fille », nous précise Marie Michèle.

Elle explique avoir reçu un appel du bureau du passeport après une semaine. « Je pensais que c’était pour que je vienne récupérer mon nouveau passeport. Mais tel n’était pas le cas. Un préposé m’a informée que la photo que j’ai produite n’était pas convenable, parce que j’avais un œil fermé », dit-elle.

Elle nous confie alors qu’elle souffre d’un handicap appelé Ptosis. Cette maladie affecte la paupière supérieure. « Je souffre d’un affaissement de la paupière qui donne ainsi l’impression que l’œil est fermé. J’ai fait comprendre à cette personne que c’est une défaillance physique et que ce n’était pas fait exprès. Elle a exigé que je produise un papier médical certifiant ce fait. » Marie Michèle a donc fait le nécessaire pour obtenir un certificat d’un médecin du privé. Elle a expédié ledit document le 7 juillet, par fax, comme cela lui était requis. « Je n’avais reçu aucune réponse durant tout le mois de juillet. J’ai donc rappelé une nouvelle fois et j’ai pris la peine de renvoyer le certificat à nouveau. Depuis, toujours pas de réponse de mes démarches. Or, je devais prendre l’avion dans peu de temps et la compagnie aérienne avait besoin de mon passeport pour compléter les formalités », nous expliquait-elle avec angoisse.

La rédaction a sollicité le Passport & Immigration Office. Là, un responsable devait nous affirmer « que la dame devait présenter l’original du certificat médical en sus du fax qu’elle a expédié. » Cependant, il affirme que, de son côté, le PIO avait fait le nécessaire pour que la dame obtienne son précieux document de voyage jusqu’à la fin de la semaine. Ce qui fut fait.