Actualités

Passation de pouvoirs : Me Rex Stephen se retire de l’affaire

Me Rex Stephen Me Stephen a justifié sa motion en disant qu’il y avait des divergences d’opinion entre son client et lui.

Me Rex Stephen ne sera plus le représentant légal de Rezistans ek Alternativ dans l’affaire dans laquelle le parti politique conteste la passation de pouvoirs entre sir Anerood Jugnauth et son fils Pravind Jugnauth au poste de Premier ministre. L’avocat a formulé une motion pour se retirer du procès.

L’affaire dans laquelle Rezistans ek Alternativ conteste la passation de pouvoirs entre sir Anerood Jugnauth (SAJ) et son fils Pravind Jugnauth a été appelée le mardi 10 juillet 2018 en Cour suprême. C’était devant le chef juge Kheshoe Parsad Matadeen et le juge David Chan Kan Cheong. Me Rex Stephen a formulé une motion pour se retirer du procès.

L’avocat a justifié sa demande en disant qu’il y avait de « sérieuses divergences d’opinion » entre son client (Rezistans ek Alternativ) et lui. Les points de désaccord concernaient l’assignation de l’ex-présidente de la République, Ameenah Gurib-Fakim, comme témoin dans l’affaire. La Cour n’a pas objecté à la motion de Me Rex Stephen. La plainte de Rezistans ek Alternativ sera appelée devant le Master and Registrar le 25 juillet 2018.

Sollicité pour une déclaration à la suite du désistement de l’avocat, Ashok Subron a déclaré que c’est la décision de Me Rex Stephen. « Me li res nou avoka dan lezot case. Pou sannla-la linn retir li », a-t-il dit avant d’ajouter : « Nou, Rezistans ek Alternativ, nou konsidere ki sa pasasyon de pouvwar ant sir Anerood Jugnauth ek Pravind Jugnauth inn fer de fason pa korek. Kan nou finn rant sa case-la, nou finn azir kouma bann sitoyen responsab e dan lintere siperyer de la demokrasi. Inn ena enn diferans importan lor manier ki bizin kondwir sa case-la. Ladiferans port lor lapel ancien prezidante de la République kouma temwin. Nou konsidere ki l’ex-prezidante finn a la baz de sa pasasyon de pouvwar-la ek ki li ena kitsoz pou dir pou eklairsi la Cour. »

Dans sa plainte, Rezistans ek Alternativ avance notamment que SAJ a usurpé les pouvoirs de la présidente de la République d’alors, Ameenah Gurib-Fakim, en annonçant que c’est Pravind Jugnauth qui allait lui succéder. Le mouvement affirme aussi que la nomination d’un nouveau Premier ministre n’est possible que lorsque le titulaire de ce poste démissionne et ne siège plus à l’Assemblée nationale.

Rezistans ek Alternativ estime que la démission de SAJ comme Premier ministre n’a aucun effet constitutionnel, vu qu’il continue à siéger à l’Assemblée comme ministre. Le parti politique veut démontrer qu’il y a eu entorse à la Constitution.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyer-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • Made for more