Actualités

Pas géométriques: un hôtel Sheraton à St-Felix

Le bail de Midas Acropolis pour ce terrain a été annulé, le délai pour le démarrage du projet ayant été largement dépassé.
Après que Midas Acropolis a été mise hors jeu par le ministère du Logement et des Terres, c’est Clear Ocean Hotel & Resorts Limited qui rafle la mise. Le 15 mars, cette entreprise a obtenu une lettre de réservation pour les 31,5 arpents à St-Félix. Clear Ocean Hotel & Resorts Limited est une compagnie subsidiaire de Pelangi Resorts. Dirigée par la Sud-Africaine Miranda Meyer-Hartzenberg, cette entreprise n’a pas encore réalisé d’établissement hôtelier, mais a un autre projet sur Long Island, aux Seychelles. Pour Maurice, Pelangi Resorts s’associe au groupe international Starwood Hotel et compte investir Rs 12,8 milliards. Elle avait déjà obtenu un accord de principe pour les pas géométriques de St-Félix, quelques jours seulement après avoir déposé son projet au Board of Investment. L’établissement hôtelier cinq-étoiles que la compagnie se propose d’ériger comprendra 164 chambres, 42 villas de deux chambres, 152 suites, 11 villas super luxe de quatre chambres et 15 cabanes dans les arbres, entre autres. Le tout sur une surface de 18 000 m2. Les jardins couvriront 6 000 m2.

Dépôt de Rs 150 000 par arpent

Clear Ocean Hotel & Resorts Limited a 18 mois pour démarrer son projet. Elle devra aussi faire un dépôt de Rs 150 000 par arpent, c’est-à-dire Rs 4 323 500 en tout, d’ici le 15 avril. Les plans d’architecture devront être soumis d’ici six mois et une contribution au Consolidated Fund de Rs 43,2 millions devra être faite avant la signature du bail, entre autres conditions. Avant ce promoteur, c’était Midas Acropolis qui convoitait ce terrain. Son bail a cependant été annulé l’an dernier, car la compagnie avait largement dépassé le temps imparti pour démarrer son projet et voulait, de plus, revendre son bail. Des soupçons pèsent aussi quant à la proximité de l’ancien ministre de l’Environnement, le travailliste Deva Virahsawmy, avec des directeurs de Midas Acropolis. C’est donc principalement pour cette raison que le dossier a été envoyé au Central Criminal Investigation Department pour enquête. Avant Midas Acropolis, c’est Saint-Félix Worldwide Resort (SFWR), un consortium monté par le Réunionnais Joël Narayanin, qui avait eu un bail pour le même lopin de terre.
Related Article