Faits Divers

Partie de cartes sanglante : un marchand de fruits agressé avec un crochet pour Rs 200

C’est une partie de cartes qui se termine dans un bain de sang pour Anil,  un marchand de fruits de 32 ans et habitant de Mahébourg. Le 11 avril dernier, il jouait aux cartes dans la localité quand une dispute a éclaté à cause d’une somme de Rs 200. Anil a été agressé avec un crochet.

« Mo ti kapav trouv la mort sa zour la », raconte Anil qui se remet lentement de ses blessures, une semaine après cette agression. «Je ressens encore des douleurs. L’agression s’est produit jeudi dernier.» Ce jour-là, le jeune homme et quelques voisins se sont réunis pour jouer aux cartes. « Tou ti pass korek », se remémore Anil, qui concède, toutefois avoir descendu quelques verres d’alcool. « Mo ti impe dérange ».

Au cours de la partie, Anil dit avoir reproché son attitude à l’un des joueurs. « Il y a quelque temps de cela, il m’avait dit d’effectuer un travail et qu’il allait me remettre Rs 200, mais je n’ai jamais reçu cet argent. Monn dire ki enn promess, c’est enn dette sa », se souvient la victime. Le joueur en question n’aurait pas apprécié les propos d’Anil : « Li pann dackor ki monn dire li sa, linn en colere ».

Après cet échange verbal entre Anil et le joueur, la partie de cartes s’est subitement arrêtée. « Il s’est jeté sur moi, m’a étranglé, tout en me rouant de coups », relate Anil. Les autres joueurs sont intervenus pour les séparer. « Ils m’ont demandé de partir avant que les choses n’empirent », poursuit la victime.

« Je suis parti récupérer ma bicyclette un peu plus loin », poursuit-il, quand son agresseur l’a rejoint. «  Linn all prend enn du bois avec enn crocher apres linn revini. Linn commanse tapper ». Le jeune homme explique que l’agresseur qui avait en sa possession une arme tranchante, lui a dit : « Azordi mo  pou cross twa ek sa ».

Les deux hommes en sont venus aux mains. «  Mo ti ena enn ti couto, monn bizin defane moi. Monn zet li embas. Mo dire li arrete la meme, mais li pe insister. Linn resli tapp moi mo la tete. Le sang a commencé à gicler», ajoute Anil. «  Il a été lui-même surpris de me voir en sang. Il s’est sauvé. Les personnes présentes m’ont alors conduit à l’hôpital de Mahébourg », explique-t-il.  Sa blessure à la tête lui a valu neuf points de suture. Dans un premier temps, Anil n’a pas voulu porter plainte. « J’ai entendu dire qu’il voulait régler mon compte. Li dire sa pas  pou fini coumsa meme ». C’est alors qu’Anil a décidé de porter plainte pour agression auprès de la police de Mahébourg. Celle-ci a initié une enquête. L’agresseur présumé est attendu pour donner sa version des faits.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • Oeudor