Explik Ou Ka

Parking : un chauffeur de taxi vétéran allègue avoir été traité injustement par un policier

Mahmad Salim B., chauffeur de taxi.

Mahmad Salim B. a-t-il enfreint le règlement concernant le parking ou a-t-il été abusé par un policier comme il l’affirme ? Le chauffeur de taxi estime n’avoir commis aucune infraction. 

Le dimanche 9 février, vers 9 h 30, Mahmad Salim B., un chauffeur de taxi de 57 ans, qui habite à Pailles, a garé son taxi devant le magasin Sunassee, à la rue Sir William Newton, près du marché central. Un policier d’une quarantaine d’années s’est avancé vers lui pour lui réclamer son permis de conduire sur un ton qui aurait été brutal. 

« Je lui ai demandé ce qui n’allait pas et il m’a expliqué que je n’avais pas le droit de garer ma voiture à cet emplacement. Je lui ai alors dit que le parking était tout à fait légal et j’ai ajouté que j’attendais un client qui s’était rendu au marché. Pour qu’il vérifie la véracité de mes propos, j’ai ouvert le coffre et je lui ai montré les provisions achetées par mon client. Le policier m’a demandé de produire mon permis de conduire, l’extincteur et la craie jaune, entre autres. J’ai obtempéré. Cependant, le policier qui ne semblait pas satisfait, m’a demandé de l’accompagner au poste de police situé au marché central et a pris tous mes documents avec lui. Une fois au poste de police, il m’a demandé d’attendre. Quand ses deux collègues lui ont demandé les raisons de ma présence au poste, le policier a rétorqué que j’avais élevé la voix en m’adressant à lui. Vingt minutes après, il m’a indiqué que je pouvais m’en aller, alors qu’il m’avait expliqué au préalable qu’un inspecteur allait m’interroger. Je n’ai pas été pris en contravention, mais le policier m’a clairement dit qu’il ne voulait pas me voir de nouveau dans les parages en précisant que le secteur dans lequel j’ai garé mon taxi était sous sa responsabilité », ajoute-t-il.

Mahmad Salim est retourné à son taxi où l’attendait son client. Il a expliqué à ce dernier qu’il connaît depuis six ans sa mésaventure. Par contre, il pense qu’il aurait perdu la face s’il s’agissait d’un nouveau client qui se serait certainement interrogé sur ses capacités de chauffeur ! En trente ans de carrière comme chauffeur de taxi, Mahmad Salim indique qu’il n’a jamais vécu une telle expérience durant laquelle il considère avoir été humilié. « Cet incident m’a beaucoup perturbé. J’ai été incapable de dormir la nuit. Je ne suis pas un hors-la-loi et je n’ai jamais commis aucune offense. Je ne comprends pas du tout l’attitude de ce policier », déclare ce père de famille et grand-père.

Parking réservé aux taxis

Sollicité par la rédaction, l’inspecteur Shiva Coothen du Police Press Office a apporté les précisions suivantes. « D’après les informations que j’ai obtenues, ce chauffeur avait garé sa voiture non pas sur un parking payant, mais sur un parking réservé aux taxis de la Place d’Armes. Si votre base d’opération n’est pas à la Place d’Armes, vous ne pouvez pas être là. Une voiture privée n’a pas le droit de se garer sur un parking réservé aux taxis qui sont autorisés à opérer à partir de cette base. Si la police contrôle cette partie de la rue, c’est parce qu’on a reçu plusieurs plaintes des chauffeurs de taxi opérant à partir de cette base. C’est la raison pour laquelle la police est très rigoureuse sur ce plan. Nous demandons aux automobilistes de respecter les consignes quand il y a une plaque qui indique que la place est réservée aux taxis. » Il ajoute que cela s’applique aussi les dimanches.

Mahmad Salim B. insiste que sa voiture était garée sur un parking payant et non sur la place réservée aux taxis de la Place d’Armes.

« Si le monsieur estime que la police a mal agi envers lui pour une raison quelconque, il peut toujours se tourner vers l’instance concernée, l’Independent Police Complaint Commission », a déclaré l’inspecteur Coothen.

  • Coronavirus

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !