Actualités

Panne d’Internet : la vulnérabilité du réseau a affecté 1 335 abonnés de My.T samedi soir

Ce sont au total 1 335 abonnés d’Internet fixe de Mauritius Telecom qui ont été touchés par une panne dans la soirée du samedi 22 juin. Le réseau de fibre optique est vulnérable aux nombreux chantiers actuellement en cours dans le pays.

La panne d’Internet survenue dans la soirée du samedi 22 juin met sous les feux des projecteurs la vulnérabilité du réseau de fibre optique. La rupture d’un câble de fibre optique à Richelieu a affecté de nombreux abonnés de Mauritius Telecom. Selon la compagnie de télécommunication, la coupure aurait été occasionnée « par un entrepreneur opérant sur un chantier pour le compte d’une autre firme. »

Sollicité par le Défi Quotidien, le service de communication de Mauritius Telecom précise que 1 335 abonnés de My.T ont été affectés. Ils étaient notamment privés de 118 chaînes de télévision, et les connexions à l’Internet fixe et mobile ont été ralenties. Si Mauritius Telecom indique que les effets étaient concentrés sur la région de Coromandel pour l’Internet fixe et la télévision, des témoignages d’internautes sur les réseaux sociaux font état de ralentissements du Nord au Sud de l’île. La compagnie de télécommunication précise que les connexions à l’Internet mobile étaient affectées à Albion, Coromandel et Pointe-aux-Sables.

Mauritius Telecom affirme que le réseau est redondant, ce qui a permis d’éviter que la panne soit plus importante. Selon Ganesh Ramalingum, ancien directeur d’une compagnie de télécommunication et ancien président de l'Outsourcing Telecommunications Association of Mauritius (OTAM), des mesures auraient pu éviter cette panne. Il fait d’abord référence à une meilleure planification des chantiers qui sont nombreux actuellement à travers le pays. « Il y a une pression pour terminer les projets rapidement. De plus, comme l’OTAM le répète depuis plusieurs années, le pays doit adopter une politique de ducting (canalisation souterraine) pour les câbles de fibre optique, les tuyaux de la Central Water Authority (CWA) et les fils électriques du Central Electricity Board (CEB). Ainsi en cas de travaux, il ne serait pas nécessaire de perforer les routes. Et surtout lorsqu’un opérateur de télécommunication, la CWA ou le CEB doit procéder à des travaux sur son réseau, il n’affecterait pas les autres », souligne Ganesh Ramalingum.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !