People

Padmini Chundunsingh : «Le Canada est bien positionné pour avoir une vie confortable»

Padmini Chundunsingh Elle souhaite offrir son soutien et sa connaissance aux immigrants.

Élue « Femme Leader de la Francophonie » au Canada, au mois de septembre 2017, la Mauricienne Padmini Chundunsingh, en visite à Maurice, a rencontré les autorités concernées pour des partenariats entre les deux pays dans plusieurs secteurs, dont l’éducation.

« Mes rencontres avec les autorités concernées ont été fructueuses. Nous avons des projets d’investissement dans divers secteurs tels que l’agriculture, la construction et l’éducation. Pour le secteur de l’éducation, nous souhaitons, par exemple, des collaborations avec des universités canadiennes », explique Padmini Chundunsingh, qui a profité de son séjour à Maurice pour rencontrer les autorités concernées dans le but de créer des partenariats dans plusieurs secteurs entre Maurice et le Canada.

Elle est en compagnie du Premier ministre canadien.
Elle est en compagnie du Premier ministre canadien.

Élue « Femme Leader de la Francophonie » au Canada, au mois de septembre 2017, la Mauricienne Padmini Chundunsingh, également présidente de la Fédération des francophones de la Colombie-Britannique (FFCB), a récemment fondé l'Association Canado Mauricienne de la Colombie-Britannique. Son objectif est d’aider les Mauriciens à immigrer au Canada.

C’est à Port-Louis que Padmini Chundunsingh a grandi. Après ses études à la Droopnath Ramphul State Secondary School, à Pamplemousses, c’est dans la filière Textile Technology qu’elle avait choisi de poursuivre ses études à l’Université de Maurice. En 2004, c’est à Surrey en Colombie-Britannique qu’elle a décidé de s’établir. «J’ai travaillé dans le secteur du textile pendant de longues années. Par la suite, je me suis demandé quelles étaient les opportunités pour mes deux enfants à Maurice. En plus, faire des études à l’étranger allait me coûter cher. Ainsi, nous avons décidé d’immigrer au Canada », raconte Padmini Chundunsingh.

L'interlocutrice relate que le Canada regorge d’opportunités. « Que ce soit en terme d’études ou autres. Le Canada est bien positionné pour avoir une vie confortable. C’est facile de s’y établir et d’avoir du travail. Il faut un temps d’adaptation pour s’habituer à la culture du pays, comme partout d’ailleurs. Mais après quelques années tout devient facile », soutient-elle .Toutefois, tout n’a pas été rose pour Padmini Chundunsingh.

« L’adaptation n’a pas été facile pour ma famille et moi. Nous ne connaissions personne pour nous accompagner dans les premières démarches afin de bien nous installer. C’est dans ces situations que nous nous interrogeons sur le bien-fondé de venir s’installer dans un grand pays où nos diplômes universitaires ne sont pas toujours reconnus. Mais je n’ai pas baissé les bras. J’ai repris mes études pour être à même de trouver ma place sur le plan professionnel. J’ai recommencé ma vie à zéro. Avec de la persévérance, j’ai réussi à me faire une place au soleil. Les moments difficiles que j’ai vécus m’ont poussé à lutter afin de pouvoir aider les nouveaux arrivants », explique-t-elle.

Malgré les difficultés, Padmini Chundunsingh a, au fil des années, fait son petit bonhomme de chemin. Exerçant aujourd’hui comme liaison officer pour une compagnie d’assurance, Padmini Chundunsingh se plaît très bien dans sa nouvelle vie. Mais afin d’éviter que les autres immigrants traversent les difficultés qu’elle a vécues, elle s’est engagée à leur offrir son soutien et sa connaissance, en fondant l'Association Canado-Mauricienne de la Colombie-Britannique.

« À mon arrivée en Colombie-Britannique, je n’ai pu bénéficier de réel soutien pour m’aider à finaliser les documents en vue de m’établir et pouvoir y travailler. Je me suis formée sur le terrain tout au long de mes activités d’accompagnement. J’utilise bénévolement mon expérience personnelle pour soutenir les immigrants dans leurs démarches. À travers l'Association Canado-Mauricienne de la Colombie-Britannique, nous venons en aide à ceux qui en ont besoin. »

Souhaitant à tout prix conserver ses liens francophones, elle a postulé pour la présidence du Conseil d’administration de la FFCB. En 2015, elle a été élue au poste de présidente de cette fédération. La FFCB travaille avec une quarantaine d’organismes répartis dans la province et œuvrant dans différents secteurs d’activité. Elle est au service de 70 000 francophones et 300 000 francophiles. « Vu la mission de la fédération, c’est un engagement qui me tient très à cœur. Cet organisme, porte-parole officiel de la communauté francophone de la province, a pour objectif de promouvoir, de représenter et de défendre les droits et les intérêts des francophones de la Colombie-Britannique aussi bien que de préserver le patrimoine linguistique et culturel », souligne Padmini Chundunsingh.

En septembre dernier, elle a été nommée « Femme Leader de la Francophonie » au Canada, aux côtés de trois autres lauréates. Le mois suivant, elle a été élue représentante des organisations porte-parole de la Fédération des communautés francophones et acadiennes du Canada et a reçu la médaille du 150e anniversaire du Sénat. Cette médaille a été créée pour reconnaître les Canadiens et les résidents permanents qui, par leur dévouement et leur bénévolat, font de leur ville, région, province, territoire, communauté, un meilleur endroit pour y vivre.

« Aujourd’hui, je milite pour l’élaboration et la mise en place d’une politique des services en français en Colombie-Britannique. Dans mes fonctions, je suis fréquemment approchée par Radio-Canada en vue de partager ma perception des enjeux d’actualité concernant la promotion de la langue française », conclut Padmini Chundunsingh.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • Food Donation