Magazine

Onezya Chung Yen : passionnée jusqu’au bout des ongles

Onezya Chung Yen Onezya Chung Yen travaille avec du vernis gel, de faux ongles, de la résine acrylique et de la décoration raffinée et sophistiquée.

Onezya Chung Yen est… vernie. Âgée seulement de 21 ans, elle fait partie de ceux qui arrivent à vivre de leur passion. Cette prothésiste ongulaire est la preuve qu’on peut aller loin si on a de la volonté. Rencontre avec une jeune femme qui mène ses affaires d’une main de maître.

Cela fait un an qu’Onezya Chung Yen exerce le métier de prothésiste ongulaire. Étudiante en Marketing Management, elle s’était lancée le défi d’ouvrir son salon et elle y est parvenue. À l’âge de 20 ans, elle a ouvert son salon d’onglerie, Onezya Nails, à Pointe-aux-Sables.
Son travail consiste à mettre en beauté les ongles. Elle travaille avec du vernis gel, de faux ongles, de la résine acrylique et de la décoration raffinée et sophistiquée pour ongles.

Passionnée par tout ce qui a un rapport avec l’univers de la beauté, la manucure et le maquillage, Onezya Chung Yen a reçu une formation en onglerie chez Marion Hair Club. Prothésiste en manucure, elle a voulu se lancer dans l’onglerie. Depuis plus d’un an, elle exerce le métier après avoir complété sa formation dans le domaine.

Le nail art est plus qu’une passion pour elle. C’est un style de vie. Durant son temps libre, elle crée de nouveaux designs sur les ongles, sans compter le fait qu’elle est à l’affût des dernières tendances. D’ailleurs, elle n’arrête pas de faire des recherches plus approfondies pour proposer des nouveautés à ses clientes.

« Je ne me mets pas de limites pour mes créations. Je suis donc tout le temps en mode recherche et pratique. J’adore créer, dessiner sur les ongles et voir les gens apprécier mon travail. D’ailleurs, je suis très active sur Facebook et Instagram où j’affiche tous mes modèles », confie l’experte en beauté. Ce n’est pas de tout repos, précise-t-elle. « Je dois bien organiser mon emploi du temps et jongler avec les horaires afin de concilier mon travail et mes études. »

Gloria St Flour