Interview

Olivier Bancoult, président du Groupe Réfugiés Chagos : «L’absence des Mauriciens à nos manifestations est regrettable»

Olivier Bancoult

S’il se bat pour son peuple que sont les Chagossiens, Olivier Bancoult du Groupe Réfugiés Chagos ne cache pas sa déception de l’absence des Mauriciens dans leurs manifestations, alors que, pour lui, c’est une cause commune.

Olivier Bancoult, avez-vous rencontré des représentants des autorités britanniques lors de la manifestation du 22 novembre dernier ?
Non (avec force). Nous n’avions pas cherché de rendez-vous. Aucun besoin, car les autorités britanniques refusent de reconnaître la décision des Nations Unies. Il n’en est pas question. C’est leur devoir de reconnaître leur occupation illégale de notre territoire telle que reconnue par l’ONU et la Cour Internationale de Justice (CIJ).

Y a-t-il une ligne de communication entre les autorités britanniques et le Groupe Réfugiés Chagos ?
Malheureusement, tous les ponts sont coupés, ce depuis le 16 novembre 2016. Je rappelle que les Britanniques continuent de bafouer nos droits fondamentaux et nous n’accepterons jamais que notre dignité soit l’objet de chantage. Notre dignité ne peut être achetée. 

Notre dignité ne peut être achetée»

Que pensez-vous de cette association des Chagossiens qui rejette l’autorité mauricienne sur les Chagos ?
Ce monsieur est proche du gouvernement britannique qui se la joue ‘divide to rule’ parmi les Chagossiens. C’est une honte de sa part, d’autant qu’il a lui aussi subi les mêmes humiliations que nous. S’il avait un peu de respect pour ses propres droits fondamentaux, il aurait respecté la décision de la CIJ et de l’ONU et dire qu’il était lui-même victime du démembrement du territoire mauricien.

Quel scénario envisagez-vous lorsque le gouvernement mauricien organisera la visite aux Chagos avec quelques-uns de la communauté chagossienne et la société civile ?
Nous sommes prêts depuis l’année dernière. Nous attendons ce moment avec impatience. Nous sommes nés aux Chagos, à Diego et à Salomon. C’est inscrit dans notre acte de naissance ainsi que le lieu que nul ne peut ‘deny’. Là-bas, nous verrons la réaction des Anglais qui ont démembré notre territoire depuis avant 1965. Je le répète : personne ne pourra aller à l’encontre de la décision de la CIJ.

La cause des Chagossiens est-elle partagée par les Mauriciens ?
À notre niveau, nous avons une détermination féroce. Cependant, permettez-moi de dire que l’absence des Mauriciens à nos manifestations est regrettable. C’est comme ‘bef travay souval manzer’. Ce n’est pas seulement les Chagossiens qui doivent descendre dans la rue, mais les Mauriciens également. Cette cause est commune. 

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !