Live News

Objets Interdits en milieu carcéral : quand les détenus «innovent»

La prison de Beau-Bassin. La prison de Beau-Bassin.

Après l’arrestation du gardien de prison qui avait tenté de passer 13 grammes de drogue synthétique en boulettes, il y a quelques jours, nous avons voulu connaître le modus operandi fraîchement conçu par les détenus pour poursuivre leurs petites activités illicites dans le milieu carcéral. Les boulettes étaient dissimulées dans les parties intimes du gardien.  

Drogue, téléphones cellulaires et cartes SIM, ce sont les objets interdits les plus recherchés par les détenus, surtout par ceux condamnés pour délit de drogue. Et Sandish Gokhool, 32 ans, allègue avoir agi sur les instructions du détenu Shahebzada Azaree, incarcéré pour trafic de 1,2 kilo d’héroïne.

Shahebzada Azaree
Shahebzada Azaree

Les astuces pour se procurer ces objets ne cessent de surprendre. Le gardien Sandish Gokhool était depuis longtemps dans le viseur de l’équipe Intelligence de la prison. Même s’il se chuchote qu’il avait été rappelé à l’ordre par ses collègues, il a poursuivi ses activités. « Cela lui rapportait pas mal d’argent », nous dit-on. Depuis le début de l’année 2019, le craze s’est fait ressentir pour les gadgets électroniques permettant aux détenus de communiquer vers l’extérieur.

Dans les couloirs de la prison de Beau-Bassin, on explique que, depuis un bon bout de temps, le gardien Gokhool était pisté par les membres de la Correctional Emergency Response Team (CERT). Invitées à commenter la saisie de cartes SIM dissimulées sous un lit grâce à des morceaux d’aimant, nos sources affirment que cette astuce est difficilement détectable. « Il a fallu des jours pour recueillir ces renseignements », nous confient des responsables du service pénitentiaire.

L’enquête de la police se poursuit concernant le gardien passeur Gokhool, qui est actuellement en détention.

Un pain fourré au téléphone cellulaire

Dans un pain fourré, les gardiens de la prison avait retrouvé un téléphone cellulaire miniature. Ce pain avait été remis à un détenu par l’un de ses proches lors d’une comparution devant la justice. Après enquête, il avait été établi que l’appareil avait été acheté sur le Net.

Sandish Gokhool : le « Transport man »

Connu comme le transporteur entre les murs de la prison, Sandish Gokhool, a déjà été répertorié sur la « liste rouge » de la prison. Candasamy, un détenu de la prison de Beau-Bassin purgeant une condamnation pour délit de drogue, avait balancé son nom. Il a allégué que le gardien Gokhool lui avait remis un téléphone cellulaire contre un paiement de Rs 5 000. Après cet épisode, le gardien a été muté dans une autre section de la prison centrale et le détenu envoyé à La Bastille.

Février : quatre téléphones dans des boîtes de jus

Quatre téléphones cellulaires miniatures destinés au détenu Kusraj Lutchigadoo ont été interceptés dans des briques de jus. Ce dernier est détenu après avoir été épinglé par l’Adsu pour trafic de drogue. Nos informations précisent qu’à plusieurs reprises, lors des saisies de téléphones cellulaires entre les murs de la prison, l’ombre du détenu Lutchigadoo planait sur ce trafic. Mais dans le milieu des gardiens de prison, on affirme que le détenu Lutchigadoo ne se fait jamais prendre, grâce à l’aide dont il bénéficierait de la part d’autres codétenus.

Des téléphones dans le « Black Maria »

Deux téléphones cellulaires ont été retrouvés dans les coussins des sièges arrières d’un véhicule utilisé pour transporter les détenus vers les tribunaux. C’était fin 2018. Les téléphones avaient été soigneusement placés dans les coussins de la fourgonnette qui revenait du tribunal. Des policiers du Prosecution Department et les gardiens de prison de Melrose avaient alerté la police. L’opération avait été déclenchée suite à des informations recueillies par le commissaire des prisons, Vinod Appadoo.

Les portables miniatures

Les téléphones cel-lulaires miniatures sont très en vue depuis le début de l’année. Ces petits téléphones sont facilement dissimulés dans les parties intimes. Même les méthodes disponibles à la prison pour détecter les objets en métal n’ont pas aidé les services pénitentiaires. Et pour cause ! Ces téléphones sont fabriqués en caoutchouc ! Les cartes SIM ne se trouvaient pas dans l’appareil, car les détenus font usage de leur imagination pour les fixer dans des petits coins de leurs cellules à l’aide de ruban adhésif ou d’aimants.  

Téléphones portables et drogue dans du briani

Briani

Sheik Mauhazam Pheerunggee, un ancien gardien de la New Wing de la prison de Beau-Bassin, avait été intercepté avec un conteneur de briani qui contenait de la drogue et deux téléphones cellulaires. L’homme de 33 ans, habitant Plaine-Verte, avait été épinglé. Les produits retrouvés étaient destinés au détenu Wendy Carré. Huit grammes de cannabis et des chargeurs pour téléphone portable se trouvaient aussi dans le colis.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !