Live News

Obeegadoo : « On devait agir, le squat freine le développement du pays »

Steven Obeegadoo a commenté, entre autres, la situation des squatters à Pointe-aux-Sables.

« On devait agir, le squat freine le développement du pays ». C’est ce qu'a déclaré  Steven Obeegadoo, ce mardi 2 juin, suite aux critiques concernant les opérations visant à déloger des sans-abri de terres de l'État. 

Face à la presse, cet après-midi, le ministre des Terres et du Logement est revenu sur l’expulsion des squatters. « Il a eu beaucoup de faussetés, critiques injustifiées contre le gouvernement suites aux actions prises ces derniers jours contre des squatters. On a la responsabilité d'un pays. On doit agir avec le cœur mais aussi en utilisant 'nou lespri'. 

«Le gouvernement renouvelle son engagement et son intention de travailler pour tous les Mauriciens avec une attention spéciale pour ceux qui sont dans des situations difficiles. Depuis que j'ai pris mes fonctions en novembre, une de mes priorités a toujours été d'aider les squatters. Le gouvernement précédent de 2014-2019, avait déjà pris la décision de régulariser la situation des squatters. À juillet 2015 on recensait environ 1 100 squatteurs », a expliqué Steven Obeegadoo. 

D'ici la fin du mois de juin, les terrains occupés illégalement seront évacués et les structures seront détruites, a affirmé Steven Obeegadoo. Il indique que 161 structures ont été érigées illégalement durant le couvre-feu sanitaire sur différents terrains de l'État. 

Depuis jeudi 28 mai, poursuit le ministre, la police a commencé à agir contre tous ceux qui ont érigé des structures durant le confinement uniquement. « Il nous reste plus que onze  structures à enlever, neuf à Cité-Taule, Malherbes, à Curepipe et deux à Pointe-aux-Sables. 54 structures ont été enlevées à Riambel, deux à Bras-d’Eau et il y avait 97 structures, plus que deux aujourd'hui, à Pointe-aux-Sables », a détaillé Steven Obeegadoo.
 
Le ministre est revenu sur la demande d’injonction des squatters en Cour suprême. « On a expliqué en Cour de justice qu'on souhaite que ces personnes enlèvent ces structures des terres de l'État. Leurs avocats ont pris l'engagement que d'ici la fin du mois ils seront tous enlevés », avance-t-il.
 
Afin de venir en aide à ces familles, des enquêtes sociales ont été initiées pour accorder l’encadrement nécessaire aux familles nécessiteuses, dit Steven Obeegadoo. 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !