Faits Divers

Noyade à Rivière-Noire - Jérôme : «Mon père était un amoureux de la pêche»

Emmanuel Jean Pierre Veron Les funérailles d’Emmanuel Jean Pierre Veron, 69 ans, ont eu lieu mercredi.

Emmanuel Jean Pierre Veron, 69 ans, a trouvé la mort en s’adonnant à sa passion : la pêche. Lundi, cet habitant de Rose-Hill s’est rendu avec son fils Jérôme à Pointe Kœnig, Rivière-Noire, pour une partie de pêche. Mais il n’en est jamais revenu. Surpris par la marée montante, il a disparu. Ce n’est que mardi matin que son corps a été retrouvé.

Emmanuel Emmanuel Jean Pierre Veron, 69 ans, était apprécié de tous. « Mon père était un farceur. Il était un amoureux de la pêche », confie son fils Jérôme. Le sexagénaire connaissait bien la région. « Nous venions presque chaque week-end ou lorsque le temps nous le permettait. C’était son lieu de prédilection », raconte Jérôme.

Il se remémore avec tristesse ce lundi fatidique où son père a perdu la vie. « Il était 17 h 30 lorsque nous avons quitté la maison. À 18 h 15, nous étions déjà à Pointe Kœnig. Nous sommes entrés dans l’eau. La marée était basse », poursuit-il.

Jérôme affirme que son père et lui sont allés pêcher chacun de leur côté à pied. Puis à un moment donné, la marée a monté. « Alors que j’étais à 200 mètres de la plage, je me suis aperçu que le niveau de l’eau avait subitement monté. En quelques instants, elle était à hauteur de mon estomac. Je suis retourné sur la plage. Mon père était toujours dans l’eau. Je l’ai appelé mais il n’a pas répondu », relate-t-il.

Coin tranquille

Connaissant les habitudes de son père et pensant que ce dernier avait trouvé un coin tranquille pour pêcher, Jérôme a mis la musique à fond dans sa voiture pour que celui-ci puisse se repérer. « Dans ce type de situations, j’ai l’habitude de mettre la sonorisation à fond pour qu’il puisse suivre la musique. Puis j’allume les phares de la voiture pour que je sois facilement repérable », ajoute-t-il. En attendant que son père revienne, Jérôme dit être allé voir des amis qui louaient un bungalow non loin. « Je suis passé quelques instants les saluer puis je suis revenu sur la plage. Mon père n’était toujours pas là. Le truc avec lui c’est que lorsqu’il pêchait, il ne voyait pas le temps passer. Je me suis dit qu’il avait trouvé un bon coin », ajoute-t-il.

Mais vers deux heures du matin mardi, le sexagénaire n’était toujours pas là. « Cette fois je voyais qu’il mettait trop de temps. Je me suis inquiété. Je l’ai appelé. J’ai klaxonné, mais rien. J’ai alerté mes amis qui m’ont aidé à ratisser les alentours. Nous ne l’avons pas trouvé. Entre-temps, l’aube se levait. J’ai alors alerté la garde-côtière. »

«C’était un farceur»

Les recherches ont alors débuté. Vers 10 heures, les éléments de la National Coast Guard de Rivière-Noire ont retrouvé Emmanuel Jean Pierre Veron. « Inn gagn so lekor lor brizan. » Transporté à l’hôpital Yves Cantin, le personnel soignant a constaté qu’il était déjà trop tard. L’autopsie pratiquée mardi a attribué le décès à une asphyxie due à la noyade.  Les funérailles ont eu lieu dans la matinée du mercredi 13 mars 2019.

Le Week-end FoU FoU FOU