Live News

Noyade de Roddy Pottaya dimanche dernier - Fazila, la mère : «Linn badinn ar mwa kan linn sorti dernye fwa»

Mitra Bungaroo, Roddy Pottaya et Fazila qui pleure la disparition tragique de son fils.

Presque une semaine après le drame, Fazila, 71 ans, pleure toujours la disparition tragique de son fils Roddy Pottaya, âgé de 35 ans. Lui et son amie Mitra Bungaroo (34 ans), ont péri noyés dans un lac dans la région de Rivière-des–Anguilles, le dimanche 16 janvier. Cette mère de trois enfants, raconte que Roddy était l’unique fils qui vivait à ses côtés, ses autres enfants étant établis à l’étranger. 

Les  circonstances privilégiées jusqu’ici par la police seraient de nature accidentelle. Toutefois, la CID de Rivière-des-Anguilles creuse le dossier, avec des vérifications des images des caméras de surveillance et des relevés téléphoniques des défunts. 

Au Défi Plus, Fazila raconte qu’elle est toujours sous le choc. Surtout que c’était l’unique enfant avec lequel elle vivait depuis la mort de son époux il y a une vingtaine d’années. Pour Fazila, ces cinq derniers jours après le drame ont été les plus durs de sa vie. « Mo pa kapav dormi la nwi ». 

La septuagénaire dit tenir le coup grâce à Dieu et au soutien de sa famille. « Vreman enn gran soufrans perdi mo zenfan me mo bann fami la pou soutenir mwa ». Depuis le drame, Fazila raconte que sa vie a été chamboulée. Elle n’arrive plus à trouver ses repères, car elle explique dormir le jour et passer des nuits blanches. 

Celui qu’elle appelait affectueusement Lolo, était la prunelle de ses yeux et son bras droit. « Li ti mo zoli garson. Mo byen kontan mo zenfan. Li ek mo de lot zenfan, sete souvenir ki zot papa finn less mwa depi so la mor ». 

Fazila raconte les derniers moments passés avec Roddy. Elle explique que ce dernier, avant de quitter la maison le samedi 15 janvier, l’avait taquinée comme à son habitude. « Linn sikann mwa apre linn sorti. Linn pez lizie linn riye linn ale ». À cet instant, des amis de Roddy étaient venus le voir à la maison. Vêtu de son uniforme d’infirmier, Roddy a quitté la maison. « Mo ti pe admir li sa ler la kan li ti pe ale. Mo pa ti panse dernye fwa mo trouv mo garson vivan », pleure Fazila. 

Ce n’est que dans la soirée, après que Roddy n’est pas rentré, que Fazila a alerté ses proches. La police a également prêté main-forte dans les recherches. Fazila dit saluer les chiens renifleurs de la police, qui ont aidé à retracer son fils. « Mo apresie bann lisien Dog section kinn resli trouv li ». D’emblée, Fazila remercie aussi la société Al-Ihsaan qui a organisé les funérailles de son fils. 

Cette mère affirme qu’elle regrette que Roddy, aussi appelé Ridwaan, ne pourra réaliser son rêve de se marier religieusement avec sa fiancée. Elle raconte ses souvenirs avec son fils Ridwaan. « Li ti pe amenn naan pou mwa. Li aste mo bann frwi pou mo ress karem mem en deor ramadan ». 

Fazila indique que depuis le décès de Roddy, Diya, sa fiancée, vit toujours chez elle. Elle affirme bénéficier aussi du soutien de ses proches, durant ce moment pénible. « Mo ban fami ress pre. Zot byen entour mwa. Zot fer bann serviss pou mo garson tou le zour ».

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !