Faits Divers

Noyade au Souffleur : virée tragique pour un officier de la NCG et son compagnon de pêche

Jean Nicolas Boudeuse et Myke Benoit Mathieu. Jean Nicolas Boudeuse et Myke Benoit Mathieu.

L’espoir de retrouver les deux hommes vivants est très mince. Tout porte à croire que les eaux du Souffleur ont fait deux nouvelles victimes.

Ils habitaient tous deux La Chapelle Lane, à L’Escalier. Et partageaient la même passion : « pik poisson ». Jean Nicolas Boudeuse, 29 ans, un élément de la National Coast Guard (NCG) de Mahébourg et son ami, Myke Benoit Mathieu, 50 ans, ne sont pas revenus de leur partie de pêche au harpon au Souffleur, mardi 18 février. 

Selon Marie Paul Priscille, la mère du policier, Jean Nicolas Boudeuse a enfourché sa bicyclette pour aller rejoindre son ami Myke, qui habite à l’autre coin de la rue, aux alentours de 16h30. De là, Myke a pris sa moto et les amis sont partis aux alentours de 18 heures sur la plage du Souffleur, où ils ont l’habitude de plonger pour « pik poisson ». 

Les deux amis, qui connaissaient bien le coin, n’ont plus donné signe de vie depuis cette sortie. L’inquiétude s’est vite installée chez les Boudeuse. Mercredi, à 7 heures, la mère réalise que Jean Nicolas n’est pas rentré à la maison. Chez Corine Mathieu, même angoisse car son époux Myke n’a pas l’habitude de s’attarder jusqu’au petit matin même si parfois les deux amis rentrent fort tard dans la nuit, indique-t-elle. « J’ai d’abord cru à une panne de moto, ce qui s’était déjà produit dans le passé ».  Mais l’aube arrivée, elle décide de téléphoner à son neveu pour l’informer de l’absence de Myke.

Découverte glaçante

E. Mohabeer, le neveu de Myke, se rend alors sur la plage du Souffleur. C’est là qu’il fait une découverte glaçante : la moto de son oncle et ses effets personnels sont là. Il sillonne la plage mais aucun signe de leur présence. « Mo finn inform mo matante osi lapolis ki finn vinn sir plass », raconte E. Mohabeer.

Pour rappel, les sacs des deux amis ont été retrouvés sur un rocher par les enquêteurs de la police. Des officiers de la NCG, ainsi que l’Helicoter squadron de la police, se sont mis à la recherche des deux hommes. Des recherches vaines jusqu’à présent. Selon un sergent de la NCG qui dirige cette opération, il est très difficile dans la région d’effectuer des recherches rapides. « Il y a des courants, de fortes houles qui perturbent l’opération, sans oublier la présence de plusieurs caves où les corps pourraient être restés coincés », indique-t-il. Des plongeurs du GIPM ont également été déployés. Les recherches devaient être interrompues à la tombée de la nuit pour être reprise jeudi matin.

  • Coronavirus

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !