Faits Divers

Noyade à Albion - Kimberley, l’une des rescapés : «Noupe crie me person pa vini»

Jamelia Frederick.

Une sortie entre amis qui a viré au cauchemar pour trois adolescents, le dimanche 21 avril, à la plage d’Albion. Ils sont Jamelia Frederick, 13 ans, Kimberley Begué, 13 ans, toutes deux, de Plaisance, Rose-Hill et Owen Vigoureux, 14 ans, habitant de Chebel. Deux d’entre eux ont pu être sauvés, mais la famille Frederick pleure la disparition de Jamelia. Le corps de l’adolescente a été repêché, le lundi 22 avril, dans le lagon d’Albion.

C’est le jour de Pâques, une panique soudaine interrompt les célébrations sur la plage d’Albion lorsque Jamelia Frederick, âgée de 13 ans, Kimberley Begué, 13ans et Owen Vigoureux, 14 ans, se retrouvent en difficulté dans l’eau, en fin d’après-midi du dimanche 21 avril. Malgré l’avis de fortes houles émis par la station météorologie de Vacoas, les trois jeunes s’étaient jetés à l’eau pour une baignade.

Les ados se retrouvent en difficulté à cause des houles. Quelques volontaires sur place parviennent à secourir Kimberley et Owen. Kimberley a été admise à l’hôpital Dr. A.G. Jeetoo et Owen a été placé aux soins intensifs du même hôpital. Quant à Jamelia Frederick, elle n’a pu être secourue, plongeant ses parents dans l’angoisse. Les recherches ont repris lundi matin avec l’aide de l’hélicoptère de la police. Le corps de l’adolescente  a été repêché vers 10 heures. La famille Frederick déplore l’arrivée tardive des éléments de la National Coast Guard à l’heure du drame.

« Larm dans mo lizie, mo plonze. Mo may li for mo remonte »

Jamelia s’était rendue à la plage d’Albion en compagnie de sa voisine, Kimberley, et de quelques amis. Cédric Frederick, 17 ans, le frère de Jamelia, y était aussi, mais en compagnie d’un autre groupe d’amis. « Lorsque j’ai croisé ma sœur, je lui ai demandé de rentrer, mais, quelques minutes après, j’ai entendu des gens appeler à l’aide », raconte-t-il. Il ne savait pas qu’il s’agissait de sa sœur, puisque les gens prononçaient le nom de sa voisine. Il a alors plongé pour secourir la baigneuse en difficulté. « Ti ena enn ti garson , monn ressi trap li mais letan mo vir mo latett, mo truv le kor mo ti ser p koule. Larm dan mo lizie, mo plonze. Mo may li for mo remonte », raconte-t-il, la voix pleine d’émotions et des larmes aux yeux.

Cédric a tenté de regagner la plage, avec Jamelia dans ses bras, mais au même moment, il a été déséquilibré.  « Sa garson la ek mo vwazinn finn apiy lor nou et mo ser nek sap dan mo lamin », dit-il.

Sans perdre une secondes, Cédric a évacué d’urgence les deux jeunes sur la plage. « letan mo rod mo ser mo pa trouv li ». Il ajoute avoir sollicité l’aide des gardes côte et des agents de sécurité des hôtels avoisinants, mais que ces derniers auraient mis du temps à réagir.

« Trapp mo lame, pa larg mwa »

Le Défi Quotidien est parti à la rencontre des deux rescapés. Avec la permission de leurs parents, Kimberley Begué, habitante de Plaisance, Rose-Hill, raconte que les dernières paroles de sa copine d’enfance étaient « trapp mo lame, pa larg mwa. » L’adolescente dit avoir fait la connaissance d’Owen ce jour-là. « Nous avons blagué un peu et nous sommes ensuite entrés dans l’eau », poursuit Kimberley. Selon l’adolescente, c’est une grosse houle qui les a tirés vers le large. « Nou pe krye me personn pa p vini, fode nou finn ariv lwin lerla enn misier inn tir Owen enswitt enn lot misier inn tir mwa », relate-t-elle. La première préoccupation de Kimberley lorsqu’elle s’est retrouvée sur la plage, c’était de s’enquérir de son amie Jamelia.  « Me mo kamarad ti napli la, li ti fini koule »,  conclut-elle péniblement.

« J’étais dans l’eau et je me suis réveillé à l’hôpital »

Owen Vigoureux, habitant de Chebel, a été admis à l’unité de soins intensifs, le dimanche 21 avril. Ce n’est que le lendemain après-midi que son état de santé s’est amélioré et il a pu quitter l’unité des soins intensifs, mais demeure toujours à l’hôpital Dr. A.G. Jeetoo, à Port-Louis. L’adolescent ne se souvient pas de ce qui s’est passé. Toujours sous le choc, il raconte : «  out ce dont je me rappelle, c’est que j’étais dans l’eau et je me suis réveillé à l’hôpital ». L’adolescent dit qu’il s’était rendu à la plage avec son cousin.


L’inspecteur Shiva Coothen : « J’encourage le public à porter plainte contre les sauveteurs en question »

Du côté de la cellule de communication de la police, l’inspecteur Shiva Coothen déplore l’imprudence de certains citoyens. « J’ai moi-même émis plusieurs communiqués pour demander aux membres du public de ne pas s’aventurer en mer ou même d’éviter de se rendre à la plage, car la mer était houleuse. Malheureusement, c’est tombé dans les oreilles de sourds », s’indigne-t-il.

à propos des reproches adressés par les proches de la victime aux effectifs de la National Coast Guard, le responsable de la cellule de communications de la police indique que ces derniers ont réagi promptement. « Aussitôt que la NCG a été alertée, les sauveteurs sont intervenus. D’ailleurs, nous avions déjà prévu de telles situations depuis quelques jours », réplique-t-il.

Et concernant le sauveteur de l’hôtel avoisinant ? « C’est un manque de considération pour l’être humain, surtout en tant que sauveteur. J’encourage ceux qui étaient présents à consigner une plainte officielle à l’encontre de ce sauveteur. Car c’est un délit de ne pas porter secours à une personne en danger », précise-t-il.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !