Politique

Nouvelles lois du travail : les craintes de Xavier-Luc Duval pour certains secteurs

Le leader de l’opposition a exprimé ses craintes par rapport au Workers’ Rights Bill et à l’Employment Relations (Amendment) Bill, qui seront probablement adoptés ce mardi au Parlement. « Il est évident que ce projet a été finalisé à la hâte et qu’il n’est basé sur aucune étude quant à son impact réel sur certains secteur clés, dont l’hôtellerie, les Tic et les petites et moyennes entreprises », indique Xavier-Luc Duval, via un message Whatsapp. 

Le leader de l’opposition précise que « les changements proposés à la loi du travail vont dans la bonne direction et protégera davantage les employés du secteur privé. Toutefois, nous sommes un tout petit pays dont le succès repose sur la qualité de nos ressources humaines, notre savoir-faire, notre discipline au travail et l’efficience de nos entreprises ».

Si le Parti mauricien social démocrate (PMSD) n’est pas contre les changements dans la loi, il soutient que « le projet de loi contient des erreurs et des anomalies, comme l’a très bien fait ressortir Adrien Duval à l’Assemblée nationale vendredi ». Mardi, avant la conclusion de ces débats, Guito Lepoigneur, Malini Sewocksing et Xavier-Luc Duval interviendront à l’Assemblée nationale. Le PMSD souhaite que des amendements soient apportés aux deux projets de loi et qu’ils entrent en vigueur « avant les élections générales ».

Xavier-Luc Duval a aussi abordé la baisse du « repo rate » de 11 points, qui a eu lieu vendredi.  « La baisse du Repo rate confirme la nécessité de stimuler l’économie dans cette situation difficile, alors que le dernier budget n’a offert absolument aucun espoir à ces secteurs clés », a-t-il souligné.


« Jusqu’où va le toupet de moustache ?»

Critiqué par Paul Bérenger, leader du MMM, à la conférence de presse de samedi matin, Xavier-Luc Duval contre-attaque dans l’après-midi via un message Whatsapp envoyé aux rédactions. « Jusqu’où va le toupet de moustache », se demande le leader de l’opposition. « Depuis janvier 2017, c’est-à-dire plus de 32 mois, Bérenger ne pose aucune question parlementaire, intervient à peine, ou alors que très timidement dans les débats et se contente généralement de garder le silence », précise le leader des Bleus.

À son tour, Xavier-Luc Duval rappelle « La triste période en 2014 où le Parlement est resté fermé presque toute l’année avec son accord en tant que leader de l’opposition d’alors, sans oublier les nombreuses PNQ de complaisance pendant des semaines ». 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • A loan with perspective