Live News

Nouvelle maison grâce à l’appel lancé dans le Defi Plus le 3 juillet - Monique Marie : «Mo pa ti krwar si mo pou ressi gagyn enn lakaz koumsa»

C'est dans une minuscule pièce mesurant à peine deux mètres par quatre que vivait Monique Marie depuis presque trois ans. Une situation d’autant plus pénible que cette femme de 61, en situation de handicap, souffre aussi de rhumatisme chronique. Elle avait demandé des feuilles de tôle pour refaire la toiture de son abri de fortune, mais, grâce au Rotary de Floréal, elle a obtenu un studio.

La pièce où vivait la retraitée était minuscule.
La pièce où vivait la retraitée était minuscule.

Monique Marie n’en croit pas ses yeux. La maison dans laquelle elle vivait et qu’elle surnommait « kazot poul » , a cédé la place à un studio adapté à ses besoins. C’est en larmes qu’elle a découvert son nouveau toit le 15 septembre dernier. La pièce de 4 x 4 m a été aménagée en une salle de bain avec les sanitaires appropriés. Une autre pièce a été ajoutée et abrite une chambre et une cuisine.  

Atish Soodhoo, membre du Rotary de Floréal, s’est porté volontaire pour les travaux. Selon lui, tout a été fait pour que le studio soit adapté aux besoins de la soixantenaire. « Le sol est au même niveau partout afin de la permettre d’être le plus autonome possible, car elle vit seule », indique-t-il. Pour sa part,  l’Honorable Michaël Sik Yuen, qui a accompagné Monique dans son studio, révèle que les travaux n’étaient pas de tout repos. « Lorsque nous avons décidé d’entreprendre les travaux, Rajen, le propriétaire des lieux, était hospitalisé après une opération.  Malgré tout, il a accepté de nous rencontrer pour signer les documents. La mairie de Curepipe a alors accéléré le dossier. C’est un travail d’équipe qui a permis de réaliser ce projet. Nous remercions le président du Rotary de Floréal, Kreshan Purmah, nos sponsors, mais aussi Le Defimedia Group d’avoir parlé du cas de Monique. Sans cela, rien n’aurait été possible », a conclu le député de la circonscription de Curepipe / Midlands.

Rajen Gunnoo, propriétaire des lieux a reçu un shield du Rotary pour son geste de bonté envers Monique.
Rajen Gunnoo, propriétaire des lieux a reçu un shield du Rotary pour son geste de bonté envers Monique.

Monique n’avait pas les mots pour exprimer sa joie. Seule ombre au tableau, son fils unique, aujourd’hui décédé, n’est pas à  ses côtés pour ce jour si spécial. « Mo sagrin mo garson pa ar mwa zordi. Mo dir enn gran mersi a tou bann dimoune kin fer sa lakaz la, sirtout missie Rajen. Mo pa ti krwar si mo pou ressi gagyn enn lakaz koumsa enn zour », a-t-elle déclaré. La Global Rainbow Foundation lui a également offert un fauteuil roulant neuf lors de l’inauguration officielle de sa maison qui a eu lieu le mercredi 22 septembre dernier.

Le Rotary de Floréal a construit un nouveau studio adapté aux besoins de Monique.
Le Rotary de Floréal a construit un nouveau studio adapté aux besoins de Monique.

Un ange gardien au nom de Rajen Gunnoo

C’est dans les bras du député Michael Sik Yuen que Monique est arrivée dans sa maison.
C’est dans les bras du député Michael Sik Yuen que Monique est arrivée dans sa maison.

Aujourd’hui, Monique est aux anges, mais ce n’est pas pour autant qu’elle a oublié le calvaire dans lequel elle a vécu durant les dernières années. Quand une équipe du Défimedia Group s’est rendue chez elle à Camp Bombaye, Forest-Side, le constat était accablant. Elle vivait dans une petite pièce recouverte de feuilles de tôles, récupérées çà et là. Comment s’est-elle retrouvée dans une telle situation ? À cette question, elle a expliqué que dans le passé, elle jouissait d’une bonne santé jusqu’à l’amputation de sa jambe huit ans de cela. Sa vie a changé à jamais. « J’ai eu un problème à la jambe et le sang ne circulait plus. Je pensais que mon état allait s’améliorer, mais l’amputation est devenue inévitable. Quelque temps plus tard, ma mère est décédée et je me suis retrouvée à la rue, ne pouvant plus payer de location ».

Puis, un jour,  dans le froid glacial de Forest-Side, Rajen l’a approché pour lui proposer un toit. « J’ai rencontré Monique il y a quelques années non loin de chez moi. Elle m’a fait part de sa peine. Suite à cela, je me suis entretenu avec mon épouse et nous avons décidé de l’inviter à venir habiter dans cette petite pièce que nous avons réaménagée. Même si c’était étroit, elle a décidé d’y rester », indique-t-il. 

Lui-même, étant issu d’un milieu modeste, il n’avait pas les moyens d’en faire plus pour Monique. Le climat humide et pluvieux a abimé peu à peu le toit. « Tole la coule kan gro lapli tombe, mo ti pe bizin couvert ar plastik. Delo ti pe rentrer parski mo ti res lor ene dal. Mem si mo gagyn pension, mo pa ti pe kapav aste tol, parski souven mo malad. Lerla mo bizin al kot dokter prive parski medecine lopital pa ase », fait remarquer, pour sa part, Monique.


Son appel a bouleversé les lecteurs du Defi Plus

 M. Sik Yuen et Atish Soodhoo du Rotary de Floréal.
 M. Sik Yuen et Atish Soodhoo du Rotary de Floréal.

L’article dédié à la situation de Monique a touché plus d’un.  Elle a reçu la visite du Rotary de Floréal qui a complètement bouleversé sa vie dans le bon sens. L’Honorable Michaël Sik Yuen, député et membre du Rotary de Floréal a effectué une visite des lieux en compagnie d’Atish Soodhoo, responsable des projets du Rotary de Floréal. Cette visite a sonné la fin du calvaire de Monique. Le 7 juillet, elle est allée vivre chez une de ses amies le temps des travaux qui ont duré environ deux mois.
 

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !