Actualités

Nos abribus à bout de course

Alors que l’arrêt de luxe d’Albion construit en bois et en tôle a fait polémique il n’y a pas longtemps, quelques autres abribus méritent qu’on s’y attarde. En voici quelques exemples. À Grande-Rivière-Nord-Ouest, le décor est écœurant avec des affiches noircies avec le temps, sans compter l’odeur nauséabonde qui émane des lieux.

À Pailles, les bancs ont été remplacés par des planches ou par des caissons de bois. Le but étant que les passagers soient confortablement installés en attendant le bus. À Vallée-des-Prêtres, même si l’abribus est fait des mêmes matériaux que celui d’Albion, le coup d’œil et la solidité laissent à désirer. Toujours dans la même région, on ne peut qu’admirer le squelette rouillé d’un autre arrêt. Ces installations publiques demandent à être cruellement retapées pour satisfaire les besoins de ceux qui se déplacent en bus.

Arrêt sur images…