Live News

Nooreza Maslamouny : du textile à la cuisine, elle régale désormais les papilles 

Nooreza Maslamouny s’est spécialisée dans la cuisine du monde.

Elle a fait ses armes dans le textile en travaillant pour plusieurs grandes marques. Mais aujourd’hui, Nooreza Maslamouny régale les papilles et le cœur de plus d’un avec sa cuisine du monde. Rencontre.

Ses galettes des Rois ont rencontré un franc succès. D’ailleurs, les commentaires sur les réseaux sociaux et sa Tasty & Spicy en témoignent. Mais Nooreza Maslamoun ne se limite pas uniquement à la pâtisserie. C’est la gastronomie dans son intégralité qui l’a séduite. Qu’elle soit thaïlandaise, avec sa soupe Tom Yum, ses pad thaïs… la cuisine japonaise avec ses sushis, la cuisine marocaine et ses tajines, la gastronomie française, la cuisine mauricienne… bref, elle s’est spécialisée dans la cuisine des quatre coins du monde. 

« L’importance est de toucher non seulement les papilles, mais aussi le cœur de tout un chacun. Lors d’une fonction, j’avais fait des douceurs marocaines et un Marocain est venu me voir pour me dire que je l’avais ramené à son enfance. Pour moi, il n’y a pas de plus grande récompense », confie-t-elle. 

Elle entreprend des commandes pour des gâteaux et des buffets, entre autres.
Elle entreprend des commandes pour des gâteaux et des buffets, entre autres. 

Pour notre interlocutrice, la cuisine a toujours été une passion transmise par sa mère. Pour sa part, son père, fin gourmet, lui a inculqué le plaisir de bien manger. « Ma maman est un cordon bleu. Quand j’étais jeune, elle nous préparait des tifin très sains. Ses currys, ainsi que son biriani sont extraordinaires ». Elle a eu la chance de s’unir à un homme, tout aussi gourmet. Il lui donne la motivation de confectionner des plats encore plus intéressants. Sans compter que ses voyages et ses amis lui ont permis de découvrir les cuisines du monde. « Quand je vais dans un pays, j’embrasse toujours sa culture et je m’intéresse à ses plats typiques. De plus, j’ai aussi l’occasion d’échanger sur la préparation des mets avec mes amis qui sont de diverses nationalités », ajoute Nooreza Maslamouny. Si aujourd’hui, cette dernière est passée maître en la matière, c’est pourtant dans le textile qu’elle a initialement fait carrière.

Née à Phoenix, elle s’envole pour la France pour suivre des études tertiaires en langues. Puis elle fait ses débuts sur le marché du travail dans le professorat. Après la naissance de son premier enfant, elle décide de rentrer à Maurice et c’est grâce à sa sœur qu’elle découvre et intègre l’univers du textile. « J’ai voyagé dans plusieurs pays, où j’ai collaboré avec de grandes marques. En France, j’ai travaillé pour une agence de textile qui gérait des marques de renom, dont Celio, GoSports et Banana Moon, entre autres », confie-t-elle.

Elle aime se surpasser pour toucher le cœur  avec ses plats.
Elle aime se surpasser pour toucher le cœur avec ses plats.

Par la suite, Nooreza Maslamouny rejoint l’équipe de Truworths en Afrique du Sud où elle travaille pendant plusieurs années comme gestionnaire d’assurance de la qualité. Sa vie prend une autre tournure à l’apparition de la Covid-19. « Il n’y avait plus de commandes et la compagnie avait des difficultés financières.  Je me suis retrouvée sans travail, mais étant de nature active, j’ai décidé de rebondir. C’est ainsi que je me suis tournée vers l’une de mes plus grandes passions, en l’occurrence la cuisine », se souvient notre interlocutrice. Comme ses mets sont habituellement très appréciés par ses convives, on l’encourage à faire de la cuisine son métier. « Avec mon époux, Vimene Maslamouny, nous aimons recevoir les amis et la famille et j’adore concocter de bons petits plats pour eux. Et mes proches me félicitent toujours pour mes mets, mais je n’avais jamais pensé à en faire un métier. Puis, un jour, ma sœur Shenaz Sobah, qui fait du bénévolat, m’a demandé de faire 200 gâteaux pour des enfants. Au début, je ne savais pas si j’allais pouvoir le faire », avoue-t-elle.  

Encouragée par sa sœur, son époux, ses enfants, Tanya et Shayne et aussi son amie Vimla Menon, elle décide de se lancer. Et le succès est au rendez-vous. Tout juste après, elle reçoit une autre commande. Cette fois-ci pour une fête de fin d’année avec 200 personnes. « À cette époque, les rassemblements étaient autorisés. La commande était de préparer le curry vindou, ce qui représentait un défi pour moi. J’ai recruté ma brigade composée d’un chef et d’autres individus qui ne travaillaient pas à cause de la Covid.

J’étais contente, car cela me permettait également d’offrir de l’emploi à des personnes qui en avaient besoin », relate-t-elle. Une fois de plus, ses mets sont prisés. Suite à ce nouveau succès, Nooreza Maslamouny décide de se lancer corps et âme dans la cuisine.
 

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !