Live News

Non-respect du code de la route : le ministre mentor fait le procès du judiciaire

Sir Anerood Jugnauth La 3e séance de la National Road Safety Commission a eu lieu le 11 septembre.

Sir Anerood Jugnauth, s’est montré critique à l’égard du judiciaire, lors de son intervention, à l’occasion de la troisième séance de la National Road Safety Commission. Il a soutenu que les lois concernant la sécurité routière ne sont pas appliquées comme il se doit.

Les lois concernant la sécurité routière ne sont pas en train d’être appliquées avec sévérité. C’est l’avis exprimé par le ministre mentor, sir Anerood Jugnauth, qui participait,  hier, au Sir Harilal Vaghjee Hall, à la troisième séance de la National Road Safety Commission. Il a indiqué que les autorités, notamment la police, recommandent des peines sévères à l’encontre des contrevenants, mais les tribunaux sont, selon lui, trop cléments. Sir Anerood soutient qu’il est important  que le judicaire montre l’exemple en infligeant des peines sévères. Il n’a pas manqué de souligner qu’au temps où il exerçait comme magistrat à la cour de Mahébourg, il était  sans pitié contre ceux qui utilisaient des explosifs en mer. « Avant, les magistrats infligeaient des sanctions faibles et lorsque je suis arrivé, je n’avais pas de pitié contre les responsables de ce délit et après un certains temps, les gens avaient cessé de faire usage d’explosifs en mer », a-t-il relaté.

Outre le judiciaire, c’est le public en général, qui a aussi été pris pour cible par l’ancien Premier ministre. «  Les gens sont en train de mal se comporter parce qu’on ne leur a pas enseignés comment bien se tenir », a-t-il ajouté. Sir Anerood pense que les Mauriciens sont « insouciants. C’est un fait connu de tous que le comportement des usagers de la route est un des facteurs qui contribuent aux nombreux accidents de la route. » L’intervenant  s’en est aussi pris aux jeunes chauffeurs. « Ils sont indifférents aux dangers de la route et aiment prendre des risques irréfléchis, mettant ainsi les vies des autres usagers de la route en danger », a-t-il insisté.

À son avis, la situation est alarmante. « 116 personnes ont trouvé la mort en raison des accidents. Chaque année, environ 150 personnes sont tuées et 660 autres sont sérieusement blessées », a-t-il indiqué. Le ministre mentor a aussi souligné que les accidents ont des conséquences humaines qui ne peuvent être quantifiées et qui ont des répercussions économiques, qu’il quantifie à environ 1,5 % du Produit intérieur brut. « Les accidents de la route ont coûté environ Rs 6 milliards en 2015 », a-t-il précisé.

Des peines plus sévères à partir du 1er octobre

Le ministre des Infrastructures publiques, Nando Bodha, a annoncé que les nouvelles pénalités concernant les délits routiers entreront en vigueur le 1er octobre. Ces nouvelles dispositions ont été introduites après l’adoption de la Road Traffic (Amendment) Act, à l’Assemblée nationale en juillet dernier. Ce texte prévoit, entre autres, la zéro tolérance à l’alcool. Les automobilistes qui seront testés positifs seront passibles d’une amende ne dépassant pas Rs 100 000. Par ailleurs, l’amende infligée à ceux qui seront pris en contravention pour excès de vitesse de plus de 25 km/h  sera  de Rs 10  000.

Cette amende est à présent de Rs 2 500. Cette nouvelle législation couvre, au total, 63 nouvelles infractions. Le ministre Nando Bodha, a  également affirmé qu’une base de données pouvant retracer les plaques d’immatriculation des véhicules sera aussi accessible à différentes parties concernées, notamment la police et les compagnies d’assurance. Par ailleurs, en ce qu’il s’agit du combat contre les rallyes illégaux,  Nando Bodha estime que la solution réside dans la création de pistes appropriées. Il affirme avoir, dans un premier temps, suggéré la région de Pétrin pour y construire une piste de rallye. L’idée a toutefois été abandonnée en raison de la situation climatique de cette région. Il affirme que le ministère du Logement et des terres proposera un autre site. C’est un projet qui lui tient à cœur, dit-il.