People

Noemi Alphonse : talentueusement

Noemi Alphonse

Noemi Alphonse fait la fierté de Maurice sur le plan local et international. Cette handisportive a été le porte-drapeau de la Team Maurice, lors des derniers Jeux des îles de l’océan Indien. Elle a plusieurs médailles d’or et records à son actif. Humeur. 

Âgée de 23 ans, Noemi Alphonse a étudié le Web and Multimedia Development à l’Université de Maurice. Enfant unique, son père est chef de projet dans une firme privée et sa mère est femme au foyer. Cette habitante de Sainte-Croix aime écouter la musique, regarder des séries télévisées et faire des bracelets brésiliens. 

C’est en janvier 2015 qu’elle se lance dans le handisport. Plus précisément la course en fauteuil. À huit ans, elle pratiquait le judo avec les valides. Au collège, Noemi Alphonse jouait au volleyball, basketball et badminton. C’est un ami qui l’a mise en contact avec son entraîneur Jean-Marie Bhugeerathee.

À l’époque, elle était en Higher School Certificate et se consacrait à ses études. Cependant, une fois qu’elle a commencé le handisport, c’est devenu sa passion. Même si elle n’a pas démarré la course en fauteuil très jeune, le talent de Noemi Alphone était évident. Dès sa première année, elle a décroché son premier titre. Elle détient huit records de Maurice et un record d’Afrique.

Un parcours jalonné de succès. Dernièrement, elle a été médaillée d’or lors des Jeux des îles de l’océan Indien (JIOI). Noemi a été lauréate en handisport lors du National Sports Award en 2018, en sus d’être championne des Handisport Games. Elle a également remporté quatre médailles d’or au Grand Prix de Paris 2018. Elle a participé au Grand Prix d’Italie et a été finaliste aux jeux du Commonwealth en Australie. 

Noemi Alphonse s’entraîne six heures par jour, six ou même sept fois par semaine. De plus, elle va au gym deux fois par semaine et à la montagne des Signaux au moins deux fois par mois. Son objectif est désormais de faire briller le drapeau mauricien lors des Jeux paralympiques et aux Championnats du monde. 

Sa devise : malgré tous les obstacles, toujours persévérer dans la vie. Pour elle, le plus important est de se battre et de réussir. Noemi Alphonse est parmi les six premiers handisportifs dans le « world ranking ».

Coup de gueule : plus de sponsors

Sponsor

J’aurais bien aimé qu’il y ait beaucoup plus de soutien, dont des sponsors pour nos sportifs. Participer à des compétitions internationales coûte cher. Par exemple, notre fédération n’a qu’un budget de Rs 500 000 pour tous les handisportifs. Ce qui n’est pas suffisant. On nous a beaucoup mis en avant lors des derniers JIOI. Les Jeux sont terminés et nous allons participer à d’autres compétitions internationales. Nous avons besoin de soutien financier. Et que nos compatriotes soient derrière nous. Cela a un grand effet sur nous. Cela nous aide à donner le meilleur de nous. 

Coup de coeur : trois sportifs locaux 

Anndora Asaun et Loic Bhugeerathee.
Anndora Asaun et Loic Bhugeerathee.

J’admire beaucoup Anndora Asaun qui est non-voyante et Loic Bhugeerathee qui est son guide. Cela fait dix mois seulement qu’ils s’entraînent ensemble. Leur première compétition a été en Italie en juin. Ils se sont qualifiés pour le 100 mètres du Championnat du monde en novembre et ils ont remporté l’or lors des Jeux des îles. C’est super de voir la cohésion qu’il y a entre les deux. Sans parler de leur surprenante progression.

Mon autre coup de cœur est Roberto Michel, qui est le nouveau champion du monde des 400 mètres (junior). Cela fait un an qu’il s’entraîne. Dès sa première sortie, il s’est qualifié au 100 mètres et au 400 mètres pour le Championnat du monde. Ces trois personnes se sont bien adaptées et se donnent à fond malgré leur handicap.

Je dis chapeau bas à ces trois sportifs. Ils font beaucoup de sacrifices. Quand j’ai commencé, il n’y avait pas beaucoup de facilités. Je suis contente que les nouveaux soient mieux encadrés. Ils sont des exemples à suivre. Ils inspirent les jeunes et je suis contente de pouvoir les côtoyer. 

Noemi Alphonse  en compagnie  de Roberto Michel.
Noemi Alphonse en compagnie de Roberto Michel.

Coup de blues : ma suspension de 2016

En 2016, j’avais été suspendu pour trois mois. À cause de cela, j’ai manqué les jeux paralympiques. Cela m’a marquée. J’avais dit à l’ancien ministre des Sports Yogida Sawmynaden qu’il n’était ministre que sur papier. Ce qui m’avait valu ma suspension.

Au fait, à l’époque, on avait quelques problèmes avec la fédération et on avait frappé à la porte du ministre, en vue de trouver des solutions. Mais celui-ci a dit ne pas avoir de temps. Ce qui m’avait mis hors de moi. Comment un ministre des Sports peut-il ne pas avoir le temps pour les sportifs et pour essayer de régler leurs problèmes ? Je dois cependant dire que depuis que Stephan Toussaint est ministre des Sports, on a beaucoup de soutien et d’encadrement. 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • A loan with perspective