Législatives 2019

No 11 : six candidats potentiels de l’Alliance Nationale tirent à boulets rouges sur le gouvernement sortant

Mini-congrès de l'Alliance Nationale à Nouvelle-France ce jeudi soir, 17 octobre, organisé par les jeunes du PTr dans la circonscription no 11 (Vieux Grand-Port/Vieux Grand-Port/Rose-Belle).

Dans l’assistance, étaient présents les candidats potentiels (hormis Pradeep Jeeha) qui pourraient décrocher un ticket sous la bannière de l'Alliance Nationale (PTr-PMSD-Mouvement Jean-Claude Barbier) au no 11, soit Rajesh Jeetah, Pritesh Bissonauth, Ashley Ramdass, Manoj Seeburn, Anishta Babooram et Krishna Molaye.

Rajesh Jeetah, membre du PTR, a été le premier à prendre la parole. L’ancien ministre de l’Education est revenu sur «le bras de fer» opposant le Premier ministre sortant, Pravind Jugnauth, et le président-général du Top FM, Kris Kaunhye, à la suite d'une récente «enquête vidéo» de Top FM sur le film Serenity.

«Ene gouvernman ki ferm lopital Apollo, ferm journalis, ferme ancien Premier ministre, ou kapav blie ? Nou reflechi eski sa changement la ou ti pe rode en 2014 ? […] Si ene Morisien gagne peur dan so pei, be kot li pou gagn liberte, en Angleterre, la France ?», a-t-il souligné.

Pour Ashley Ramdass, ce gouvernement sortant «veut museler les gens qui utilisent les réseaux sociaux pour s’exprimer avec sa loi Facebook». «Zordi si pou exprime ou lopinion, ou bez dan caso», a-t-il déclaré.

De son côté, Anishta Babooram a abondé dans le même sens. «Lorsque le gouvernement sortant MSM-ML avait présenté leur manifeste électoral en 2014, ils n’avaient jamais annoncé que des posts contre le gouvernement, publiés sur Facebook, seraient effacés», a-t-elle soutenu.

Pour Manoj Seeburn, l’équipe gouvernementale sortante de Pravind Jugnauth «n’a pas honoré ses promesses électorales, notamment la fourniture d’eau 24/7 alors que des gens continuent de se plaindre toujours de la pénurie d’eau dans certains endroits». Et de souligner que «la création de 15 000 emplois par an n’a jamais été une réalité». «Au contraire, des milliers de travailleurs ont perdu leur emploi, surtout dans la zone franche par exemple à Flacq ou à l’Escalier», a-t-il précisé.

Selon Pritesh Bissoonauth, «à Maurice il y a 60 000 jeunes qui sont au chômage». «Tou sa ki zot in dir pour zeness, pena aukene structure pour encadrer ban jeune», a-t-il indiqué.

Et Krishna Molaye a été accueilli au son des pétarades. «Nou bizin trouve zenes mobilise, demande zot travay dans la discipline. […] Il ne faut pas se laisser tenter par l’argent facile. […] On doit expliquer ça à nos jeunes qui iront voter pour la première fois ki kan ou al vote, ena discipline pou vote 3-0», a conclu Krishna Molaye.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !