Live News

Niveau trop élevé de nitrate dans l’eau : ce n’est pas une source d’inquiétude pour le ministère de l’Environnement

eau Une forte concentration de nitrate peut contribuer au développement de certains types de cancers.

Même si c’est maintenant confirmé qu’il y a du nitrate, une substance dangereuse pour la santé à dose élevée, dans les cours d’eau et nappes phréatiques de Port-Louis, le ministère de l’Environnement relativise.

«Il n’est pas nécessaire en ce moment précis de porter le problème du niveau de nitrate dans les cours d’eau et nappes phréatiques dans la région de Port-Louis à l’agenda de la National Environment Commission (NEC) pour discussion », soutient le ministre de l’Environnement, Etienne Sinatambou, dans une réponse écrite soumise au Parlement en fin de semaine suite à une question du député travailliste Osman Mahomed.

La NEC, présidée par le Premier ministre Pravind Jugnauth, a comme objectif d’améliorer la synergie entre les différentes agences du gouvernement sur des soucis d’ordre environnemental. La NEC a été créée le 24 décembre 1987 et a été active jusqu’en 2005. De 2005 à 2018, la NEC n’était plus fonctionnelle jusqu’à l’année dernière.

Le 2 juillet dernier, le ministre Sinatambou avait reconnu, toujours dans une réponse écrite, que les tests avaient démontré la présence de nitrate dans l’eau distribuée à Port-Louis. Suite à des tests effectués tous les trois mois depuis août 2017, il avait été révélé que la concentration de nitrate était de 35,5 mg/l à Baie-du-Tombeau, 46,8 mg/l à Riche-Terre et 68,0 mg/l à Terre-Rouge dans les nappes phréatiques. Une fois les 50 mg/l dépassés, la consommation de cette eau est dangereuse pour la santé. Terre-Rouge dépasse donc de manière considérable la limite alors que Baie-du-Tombeau flirte dangereusement avec le taux autorisé. Cependant, avait soutenu Etienne Sinatambou, l’eau provenant du trou de forage de Terre-Rouge est utilisée uniquement pour l’élevage de volailles et cela ne comporte donc aucun danger pour l’être humain.

taux élevé dans les nappes phréatiques de Port-Louis

Quoi qu’il en soit, le ministère de l’Environnement vient confirmer l’information révélée par Le Défi Quotidien le 16 mai dernier. À la mi-mai, le National Environmental Laboratory et l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) révélaient, dans un rapport, la présence de nitrate, une substance dangereuse pour la santé à dose élevée, dans les cours d’eau et nappes phréatiques de Port-Louis.

Maurice compte cinq grandes nappes phréatiques dont l’eau est prélevée à travers des trous de forage (boreholes). Pour la région de Port-Louis, ce sont les nappes phréatiques numéro deux et cinq qui sont concernées.

Le National Environmental Laboratory et l’AIEA pointaient du doigt les activités liées à l’agriculture, le déversement illégal d’eaux usées dans les rivières et canaux, les déchets industriels et l’élevage d’animaux. Ce sont, selon leur étude, les sources les plus probables de pollution dans la capitale.

Selon les experts, le nitrate n’est pas un souci s’il est présent à faible dose, mais dès que le taux dépasse un certain seuil, elle devient un danger pour la population et également pour l’environnement. La présence de nitrate à concentration élevée peut contribuer au développement de certains types de cancers. Ils sont aussi des perturbateurs endocriniens qui peuvent avoir une influence néfaste sur la thyroïde, entre autres.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • Oeudor