Live News

Nishal Joyram : «J’ai espoir que le GM fera preuve de bon sens»

Vendredi, Nishal Joyram a demandé à la population de réfléchir aux actions citoyennes qui peuvent être prises.

Le gréviste de la faim Nishal Joyram, qui en est au 19e jour de sa grève de la faim, a rencontré des membres de la presse dans la soirée du vendredi 2 décembre 2022 sur le parvis de la Cathédrale St-Louis à Port-Louis. L’éducateur de 44 ans a réitéré sa détermination à poursuivre son combat. « Il est hors de question que je mette fin à ma grève de la faim. Nous attendons une réponse d’ici ce soir (vendredi soir ; NdlR). Je crois toujours que le gouvernement écoutera la population. J’ai espoir qu’il fera preuve de bon sens », a-t-il dit.  

Bien que son état de santé ne soit guère reluisant, il reste combattif. « Je suis à bout de force. Ma tension artérielle chute lorsque je me mets debout. ‘Si mo ti ena pou fer rol, depi trwaziem zour mo ti pou dormi. Mo pann vinn la pou fer rol’. Mon système s’affaiblit, mais je reste fixé mentalement », a expliqué le gréviste.  

Avant cela, il a tenu à remercier les Mauriciens qui se sont déplacés en grand nombre tout au long de la semaine afin de le soutenir. « Je veux passer un message à la population. Je veux vous remercier. Cela fait 18 jours que nous sommes ici. Plusieurs carnets sont remplis. C’est la raison pour laquelle je tiens à vous remercier », a-t-il confié. 

À l’heure où nous mettions sous presse, il n’y avait eu aucun dénouement. Vendredi soir, Nishal Joyram a indiqué que des actions légales seront envisagées à partir de la semaine prochaine si aucune issue n’est trouvée d’ici là. 

« Demain (samedi ; NdlR) à 13 heures, nous annoncerons les actions citoyennes qui seront menées à partir de la semaine prochaine s’il n’y a aucun dénouement. La semaine prochaine, nous annoncerons les stratégies que nous adopterons. Je demande aux citoyens de réfléchir aux actions qui pourraient être enclenchées selon eux. ‘Sanzman se zot ki deside. Se zot ki fer tann zot lavwa. Nou pou fer sa a partir lindi mem’. Nous sommes fatigués avec ce régime qui gouverne ce pays dans l’opacité la plus totale », a détaillé Nishal Joyram. 

Selon lui, il y a quatre facteurs sur lesquels le gouvernement doit se baser afin de revoir à la baisse les prix des carburants. « Il y a la chute du prix du baril à l’échelle internationale, la baisse du coût du fret, le fait que certains pays aient réduit le prix du carburant ainsi que la stabilité du dollar. Il n’y a aucune raison de maintenir les prix des carburants. Nous demandons au gouvernement de suivre la tendance du marché international », a demandé le gréviste. 

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !