Législatives 2019

Nilen Vencadasmy : «L’humain doit être au centre du développement»

Nilen Vencadasmy

Nilen Vencadasmy, candidat de l’Alliance Morisien (MSM/ML) au no 1, livre sa conception de la politique. Il explique les enjeux de cette joute électorale.

Que représente la politique pour vous ?
Se mettre au service de ses mandants. Depuis plus de 15 ans je suis engagé dans le social. Je trouve que la politique est un excellent moyen de faire bouger les choses. Après tout ce temps, je pense être assez mûr pour me jeter dans la politique. Le social n’est pas tellement différent de la politique. Il suffit de rester en contact avec les gens. En étant élu, on peut davantage aider les gens.

Est-ce qu’un patronyme est un avantage en politique ?
Le patronyme en politique est un mythe, comme c’est le cas dans mon domaine, la profession légale. Il faut beaucoup d’efforts pour réussir. Je suis le fils d’un travailleur du port. J’ai été à l’école. J’ai appris que le labeur est toujours récompensé. À la sueur de mon front, je suis parvenu à devenir avocat, à être là où je suis et candidat pour les élections. En politique, c’est la même chose. Il faut être sincère, travailler pour les autres et travailler dur pour se faire un nom. On ne peut donc pas dire qu’un patronyme est un avantage.

Quel sera l’enjeu de cette joute électorale ?
Le leadership politique sera l’enjeu principal. D’un côté, il y a Pravind Jugnauth. De l’autre, Navin Ramgoolam. Pravind Jugnauth s’est imposé comme un leader avec des résultats en si peu de temps alors que nous connaissons tous le bilan de Navin Ramgoolam en 14 ans. Je n’aime pas critiquer mais les Mauriciens sont intelligents. Ils peuvent faire la différence entre ces deux leaders.

Selon vous, quels doivent être les cinq principaux thèmes de la campagne ?
La justice sociale, un pays moderne, placer l’humain au centre du développement, l’avancement économique et l’éducation. Nous avons déjà les études supérieures gratuites. On peut voir que Pravind Jugnauth est déjà en avance sur ces idées, car lors de son passage au poste de Premier ministre, il a mis l’accent sur ces thèmes. Il place toujours l’humain au centre du développement.

Comment pensez-vous pouvoir influencer les jeunes de votre génération à adhérer à votre parti ?
Il faut se montrer à l’écoute. Sur le terrain, nous donnons la garantie qu’une fois les élections passées, nous ne disparaîtrons pas. Nous serons toujours près des Mauriciens. Nous écoutons les jeunes et leurs griefs. C’est un facteur important pour les rallier à notre cause. Il faut d’abord écouter les gens si on veut qu’ils nous écoutent. Il y a déjà beaucoup de jeunes qui s’intéressent à notre cause.

Quid du rôle des réseaux sociaux durant la campagne ?
Les réseaux sociaux constitueront une arme qui occupera la première place dans l’arsenal des partis. Il faut savoir que de nos jours, la majorité des gens est connectée. La semaine dernière, à La-Tour Kœnig, une femme âgée m’a approché pour me dire qu’elle m’avait ajouté sur Facebook et elle était ravie que j’accepte sa demande d’ami. On voit bien que la technologie touche chaque tranche d’âge et que les gens y accordent de l’importance. L’électorat est connecté. Utiliser les réseaux sociaux pour faire véhiculer des messages est la meilleure chose à faire durant cette campagne, tout en faisant attention.  

Quelle est votre vision pour l’île Maurice ?
Ma vision s’aligne avec celle du Premier ministre : justice sociale, donner à l’être humain son importance dans chaque décision, développer le pays et penser au bien-être des Mauriciens.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !