Xplik ou K

NHDC Rivière-des-Anguilles : deux habitants opèrent des tabagies illégalement

Les permis pour les tabagies ne sont plus délivrés.

Ce serait la vente de boissons alcoolisées sans permis qui gênerait le plus les habitants. Selon le président du conseil de district, le permis de tabagie n’existe pas. Mais les habitants-propriétaires sont autorisés à opérer des home-based business comme la vente de gâteaux, entre autres, avec l’aval du conseil de district.

Deevesh* (prénom modifié) habitant la National Housing Development Co Ltd (NHDC) La Vanille, Rivière-des-Anguilles, explique que deux habitants de la NHDC de la localité ont ouvert une tabagie à leur domicile. Selon les dires de Deevesh, ces deux habitants ne détiennent pas de permis et vendent leurs produits sous tapis. « C’est la vente d’alcool et la consommation de ces boissons non loin des habitations qui dérangent les voisins. Les consommateurs font parfois leurs besoins près de nos maisons. Plusieurs habitants ont consigné une plainte auprès du conseil de district de Savanne et aussi au poste de police du village », ajoute Deevesh. Les habitants n’ont toutefois pas déposé de plainte auprès de la NHDC. Deevesh avance que le problème dure depuis le mois de décembre et que les habitants craignent que la situation ne s’empire avec le temps. « Le conseil de district ne donne plus de permis pour la vente de boissons alcoolisées. Comment se fait-il que ces deux personnes puissent procéder à la vente libre de ces produits ?», se demande-t-il. Deevesh déplore également que, malgré les plaintes, les officiers du conseil de district ne sont pas venus faire des vérifications.

Intervenant à ce propos sur les ondes de RadioPlus, le président du conseil de district de Savanne, Kamalsaw Gujadhur, indique être au courant du problème. « Nous ne donnons pas de permis pour une tabagie. Toutefois, il y a une politique pour tolérer des home-based business. C’est-à-dire que ceux souhaitant vendre des gâteaux ou des faratas pour avoir des revenus et joindre les deux bouts sont autorisés à le faire chez eux sous certaines conditions. Ils n’ont pas le droit de construire de structures et ils doivent être propriétaires de leurs maisons », explique Kamalsaw Gujadhur. Concernant la plainte, le président du conseil de district explique qu’ils ont bien reçu la lettre. « Il faut savoir que lorsque les officiers se rendent à l’endroit concerné, la personne ayant fait la plainte n’est pas informée. Nous avons aussi référé la lettre à la police de Rivière-des-Anguilles, les policiers devront faire le nécessaire de leur côté pour un contrôle au domicile des vendeurs si la vente se fait en dehors des heures de travail de nos officiers. Nous prenons note du problème et nous procéderons à des vérifications et nous prendrons des actions s’il le faut », ajoute Kamalsaw Gujadhur.

Les permis de tricycle ne sont plus accordés pour les ‘home-based business’. Le président du conseil de district indique que lorsque c’était le cas, les vendeurs avaient tendance à bouger partout dans les rues, occasionnant ainsi plusieurs problèmes.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !