Magazine

Nesting : pantouflard et fier de l’être

Si, rester chez soi les jours de congé ou les week-ends est, pour certains, ennuyeux, pour d’autres, il s’agit tout simplement d’une occasion à ne pas rater. Le nesting est désormais plus qu’une tendance, c’est un art qui séduit de nombreux pantouflards, petits et grands. 

Le terme nesting est un anglicisme dérivé du mot nest ou « faire son nid ». Il décrit la nouvelle tendance de rester chez soi et de profiter autant que possible des petits plaisirs qu’offre sa maison. Les amateurs du nesting sont ceux qui refusent les invitations à sortir, car pour eux, rester à la maison est bien plus cool que de sortir. Loin de la frénésie des centres commerciaux ou des boîtes de nuit, le nesting permet de se couper du monde et de profiter du calme. 

Le nesting est, en quelque sorte, une façon pour combattre le stress causé par un train de vie trop mouvementé ou exténuant.
Le nesting est, en quelque sorte, une façon pour combattre le stress causé par un train de vie trop mouvementé ou exténuant. 

Selon les sociologues et psychologues qui se sont penchés sur cette nouvelle tendance, dont le Dr Vicente Saavedra, un médecin à Barcelone ayant publié ses recherches dans le quotidien espagnol El Pais, le nesting est, en quelque sorte, une façon pour combattre le stress causé par un train de vie trop mouvementé ou exténuant. « De nos jours, nous passons le plus clair de notre temps au travail, où les heures filent sous la pression et le stress. Pratiquer le nesting après de longues heures de travail est un moyen de se reposer et s’accorder du temps à soi. Si, pour certains, cela peut paraître égoïste et antisocial, les effets bénéfiques pour la santé sont tout simplement indéniables », explique-t-il dans son article.   

Une tendance 2.0 

Si nous faisons un retour dans le temps, dans les années 2000, passer tout son week-end entre les quatre murs de sa maison ne serait ni plus ni moins qu’une pénitence. Toutefois, avec l’avènement de l’Internet, la donne a changé. Pour les experts, le nesting n’existerait pas sans Internet. En effet, les nouvelles technologies ont bouleversé pratiquement toutes nos habitudes. Certaines d’entre elles ont tout simplement disparu pour laisser la place à une multitude de nouvelles. Pyjama, plaids et Netflix sont des items indispensables pour s’adonner au nesting. Avec une bonne connexion internet et les bons outils, on ne voit pas passer les heures et, en un clin d’œil, le week-end est passé. 

Hans Sahokar
Hans Sahokar est de ceux qui préfèrent profiter du confort de leur maison.

Bien qu’ayant des origines occidentales, le nesting séduit de plus en plus de Mauriciens. Hans Sahokar, 30 ans, est de ceux qui préfèrent profiter du confort de leur maison que de sortir, particulièrement pendant les week-ends. « Le coût de la vie est en constante hausse et, de nos jours, il faut débourser de grosses sommes pour s’organiser une simple sortie. Pour moi, il s’agit de la raison la plus probante qui peut expliquer la tendance du nesting. Je préfère trouver des activités à faire chez moi, au lieu de sortir claquer du fric », explique ce représentant commercial. Et d’ajouter que notre rythme de vie est devenu intenable. « Nous passons le plus clair de notre temps au travail et c’est un véritable marathon au quotidien. Nous enchaînons de longues heures éreintantes dans les transports, les réunions interminables et les projets qui s’accumulent sans temps mort. Si, autrefois, on s’empressait à se retrouver dans un pub ou un resto après le boulot, désormais on court pour retrouver sa maison et profiter du seul havre de paix qui nous reste. C’est, en effet, le seul endroit où on peut encore se retrouver seul et se recentrer sur ses besoins. » 

Home, sweet home ! 

Sharonne Lapierre-Keblé
Sharonne Lapierre-Keblé et son chien.

En Europe, le nesting est surtout populaire pendant la saison froide. Forcément, personne n’a envie d’aller boire un verre avec ses amis dans le froid. À Maurice, nous sommes loin des saisons glaciales, mais cette tendance continue à séduire plus d’un. Aucun endroit sur terre n’est plus relaxant que sa maison, explique Sharonne Lapierre-Keblé. Comme de nombreux jeunes de sa génération, la jeune femme enchaîne les longues journées éreintantes au boulot. « Au bout d’un moment, je finis par brûler la chandelle par les deux bouts. Je m’épuise et je ne prends aucun plaisir à sortir. Dès que je quitte le bureau, je pense à mon lit, mon divan et je m’imagine le meilleur des scénarios : regarder mes séries préférées dans le confort de mon lit. Au fil du temps, je me suis fait à l’idée que passer mes week-ends à la maison n’est pas nul. Si on n’a pas le bon état d’esprit pour faire la fête, profiter du week-end peut aussi signifier se reposer, se chouchouter physiquement et mentalement avec de la bonne nourriture, des vêtements confortables et des activités relaxantes. Pour moi, c’est aussi l’occasion de passer du bon temps avec mes chiens. Mes animaux de compagnie sont comme mes enfants et chaque moment que je passe avec eux vaut de l’or », explique la jeune femme. 

Comment ça marche concrètement ? Passe-t-on tout notre temps à se tourner les pouces ? Il n’y a pas de règles, il suffit de rester chez soi et d’y faire ce qu’on veut. Qui dit nesting ne dit pas forcément passer tous ses week-ends cloîtrés entre quatre murs. Non, il est aussi important de sortir de temps en temps et de socialiser, explique Hans Sahokar. « Le but du nesting est de s’accorder du temps pour se reposer ou se faire plaisir. La tendance n’encourage pas les gens à devenir des antisociaux. Bien au contraire, on fait le plein d’énergie pour être plus performant pendant la semaine et surtout être de bonne humeur. On n’a pas besoin de grand-chose et ça coûte relativement moins cher que d’autres activités.  Du mobilier confortable, des accessoires tels qu’un plaid s’il fait un peu frisquet et des plantes pour égayer l’intérieur suffisent pour passer un agréable week-end chez soi. »

Ne rien faire, c’est bon pour la santé 

Nesting
Certains jouent aux jeux vidéos.

Rester chez soi et ne rien faire est, non seulement tendance, mais c’est aussi bon pour la santé. Une pratique conseillée par les médecins. Comment ? Selon les spécialistes, le nesting apporte bien-être et sérénité. Dans une société qui vit à 100 à l’heure, se retrouver au calme chez soi ne peut qu’être bénéfique pour la santé mentale et physique. 

Rester chez soi et ne rien faire ne veut pas nécessairement dire passer toute sa journée au lit. Il s’agit plutôt de profiter du moment pour se ressourcer avec des activités saines. Cela inclut également s’adonner à ses passions telles que le jardinage, la décoration, la couture ou la cuisine. Selon une étude publiée dans le British Journal of Occupational Therapy, il existe plusieurs activités qui permettent à un individu d’accroître la confiance en soi ou lutter contre la dépression. Et le nesting en fait partie. Alors, pourquoi s’en priver ?

Rencontre : Le nesting, une histoire de famille

La famille de Yieldy Harrison.
La famille de Yieldy Harrison.

Alors que les réseaux sociaux abondent de clichés de week-ends au bord de la mer, à l’hôtel ou dans d’autres lieux huppés, certaines familles préfèrent rester chez elles et profiter du calme de leur maison pour se ressourcer. Chez Yieldy Harisson, le nesting est, ni plus ni moins, une histoire de famille. 

« J’ai passé pratiquement toute mon adolescence à sortir avec des amis et à m’amuser. Aujourd’hui, j’ai 29 ans et je ressens de moins en moins l’envie de sortir. Après de longues heures au travail, j’ai tout simplement hâte de retrouver le confort de ma maison. Mon conjoint et moi, nous parvenons à maintenir un équilibre entre les loisirs et nous profitons de chaque occasion que nous avons pour rester à la maison.

Au final, chacun y trouve son compte : ma petite fille s’amuse devant des clips vidéo ou avec ses jouets, mon conjoint à ses interminables partis de jeux vidéos et moi, je profite de mes séries sur Netflix avec un bon rosé. Que demander de mieux  ! » dit Yieldy Harisson. 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • Festival International Kreole 2019