Live News

Négociations électorales : septembre, mois de mamours politiques

Les tractations vont bon train même si rien n'est finalisé.

Qui partagera le lit politique de qui aux prochaines élections générales ? Cette question est sur le bout des lèvres de l’ensemble de la population depuis plus d’un mois. Si les Mauves préfèrent le célibat après ses multiples divorces, les Bleus et les Rouges affichent une nouvelle attirance malgré quelques caprices, çà et là, et les Oranges font la cour aux membres « de la famille militante. »

Mariera, mariera pas ? C’est ce que se demandent les partisans du PTr et du PMSD après avoir eu connaissance que les négociations butent sur le nombre d’investitures. Selon nos recoupements, le leader du PTr, Navin Ramgoolam, a accepté d’accorder le poste de Deputy Prime Minister au leader du PMSD, Xavier-Luc Duval. En 2005, pour des raisons de clientélisme électorals, Navin Ramgoolam avait accordé ce poste au Dr Rashid Beebeejaun, le leader adjoint du PTr. Qui dit poste de No 2 du gouvernement dit nécessairement moins d’investitures, disait Jean-Claude de l’Estrac dans l’émission ‘Au cœur de l’Info' de Radio Plus’, mercredi dernier. 

Alliance naturelle

Face aux jeunes, mercredi, à Caroline, Xavier-Luc Duval a évoqué à nouveau la formule d’un candidat bleu dans chaque circonscription. «Notre souhait, c’est d’avoir un candidat par circonscription. Nous aimerions que ce soit une réalité lors des négociations », a-t-il dit. Il ne faut pas être fin analyste politique pour savoir qu’un tel vœu ne sera pas exaucé aux prochaines élections. En réalité, les Bleus seront aux anges avec une quinzaine d’investitures. Mais ce chiffre n’entre pas dans l’équation de Navin Ramgoolam. Chez les Rouges, un fort courant parle d’une douzaine, pas plus. Et ceux qui tiennent la corde raide restent scotchés à un maximum de 10 investitures. 

Un tête-à-tête entre les deux leaders est prévu à la mi-septembre pour « aplatir les macadams » et finaliser les modalités d’alliance. Mercredi, Xavier-Luc Duval a annoncé que 20 % de ses candidats seront des jeunes de moins de 30 ans. « Il n’y a pas de doute qu’on s’achemine vers une alliance PTr/PMSD. C’est une alliance naturelle qui sera acceptée par la population, contrairement à l’alliance artificielle entre le PTr et le MMM en 2014 », soutient un dirigeant rouge. 

Cette alliance va, selon toute probabilité, accommoder également le Mouvement patriotique (MP) d’Alan Ganoo qui a donné une indication, mercredi, après la réunion du bureau politique de son parti : « Il y a une ligne de communication entre le MP et le PTr. Rien n’est encore finalisé. C’est pour cette raison qu’une aile du parti exprime le souhait qu’une ligne de communication soit ouverte également avec le MSM. Ce n’est pas encore le cas. À ce stade, il n’y a aucun contact. Ni le MP n’a reçu une offre du MSM. » Il a balayé d’un revers de la main toute friction au sein du MP concernant les options d’alliance.

MSM-ML new look

Au sein de l’alliance MSM-ML, la priorité n’est pas de contracter une alliance. Cependant, la campagne de séduction sera intensifiée pour attirer d’autres « membres de la famille militante » après Kavi Ramano, Steeve Obeegadoo et les cinq démissionnaires du MMM, nommément Ahmad Jeewah, Prakash Meenowa, Sanjeeven Permal, Hurmila Routho et Viren Ramchurn.

Pravind Jugnauth, Ivan Collendavelloo et leurs proches collaborateurs sont convaincus que la seule façon de séduire l’électorat, c’est en présentant une équipe crédible armée de jeunes professionnels. Une équipe remaniée à 60 %. On croit fermement que la masse électorale silencieuse votera pour principalement les candidats d’après leur profil et non leur appartenance au parti politique. Sur Radio Plus, mercredi, Jean-Claude de l’Estrac explique ce comportement par le fait qu’avec la retransmission en direct des travaux parlementaires, la population a pris connaissance du niveau de nos parlementaires. « Zot na pa pou vot pye banann », dit-il.

Pravind Jugnauth et Ivan Collendavelloo croient dur comme fer que les réalisations du gouvernement suffisent pour séduire l’électorat et remporter les prochaines élections. Contrairement à ce que peuvent penser bon nombre de Mauriciens, le Metro Express ne sera pas le fer de lance du marketing de l’alliance MSM-ML. Au fait, toute une équipe travaille d’arrache-pied depuis plusieurs mois pour préparer des thèmes de campagne par catégories sociales. À titre d’exemple, pour les défavorisés et les pauvres, l’accent sera mis sur les mesures sociales prises pour améliorer leur niveau de vie.

Le MMM est déterminé à aller seul aux prochaines élections. D’ailleurs, lors d’une réunion du bureau politique, mercredi, les dirigeants mauves ont esquissé une ébauche de leur campagne en solo. La campagne de mobilisation débutera le dimanche 29 septembre au Plaza avec un congrès-anniversaire. Ce sera une occasion pour galvaniser les Mauves à travers le pays. 


 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !