Live News

Négligence alléguée : une élève de maternelle aurait été privée de déjeuner

Bien que l’école impliquée tombe sous la responsabilité de l’ECCA, le ministère de l’Éducation (photo : siège à Pont-Fer) peut exercer un droit de regard.

Des parents allèguent que leur fille, qui fréquente une école pré-primaire payante, n’aurait rien eu à manger pendant toute une journée, lors d’une sortie scolaire. Ce que nie la direction de l’école.

Les deux enfants de Ram, 30 ans, un habitant de Pamplemousses, fréquentent une école privée payante du nord du pays. L’un est en Grade 1, l’autre, une fille, est en maternelle. Le papa affirme que l’autre jour, sa fille n’a pas eu droit au déjeuner offert par l’établissement quand on a emmené tous les enfants à l’inauguration d’une autre école située au centre du pays.

Le parent soutient qu’en rentrant à la maison, sa fille a raconté que l’école ne lui avait rien donné à manger entre 10 heures et 15 heures. Il ajoute que la fillette a fait un malaise le soir et a eu des nausées.

La mère des enfants avance qu’ils étaient supposés déjeuner à l’école qui était inaugurée ce jour-là. Mais si les autres élèves ont bien eu droit à quelque chose à se mettre sous la dent, elle déplore que sa fille n’ait rien eu. Elle ajoute que le « déjeuner » servi aux autres enfants était en fait constitué de pain et de fromage, ce qui ressemble plus au « petit-déjeuner » qu’au « déjeuner ». Elle soutient que quand elle a pris contact avec d’autres parents, ils ont confirmé cela. Ram et son épouse rappellent qu’ils paient Rs 11 000 mensuellement à cette école pour leurs deux enfants.

L’épouse de Ram déclare que quand elle a posé des questions, au directeur de l’école, celui-ci lui aurait répondu : « Qu’attendiez-vous à avoir avec vos Rs 100 ?» Elle explique qu’en fait, les Rs 100, l’école les a réclamées à chaque famille comme « participation fees» pour l’inauguration. Elle ajoute qu’elle paie aussi pour les repas servis à ses enfants. Or, la plupart du temps, l’établissement sert aux petits du riz, du dholl et du soya. C’est ce que lui ont rapporté ses enfants. « Une fois par semaine, ça peut aller, mais on ne peut pas servir ce même genre de repas quatre fois par semaine. Ce n’est pas pour cela que je paie », rouspète-t-elle.

« Deux jours plus tôt, sur le Consent Form présenté aux parents, il était mentionné que ‘ lunch will be provided ’. Ce jour-là, j’ai donc mis le petit-déjeuner de mes enfants dans leurs sacs et ils l’ont pris avant de partir pour l’inauguration. On aurait pu dire aux parents de « provide lunch » pour les enfants », argue-t-elle.

Ce qu’elle déplore encore, c’est que l’école ne fournit jamais aux parents le menu hebdomadaire.

Bien que les écoles privées payantes tombent sous l’Early Childhood Care and Education (ECCA), Deenesh Seeharry, conseiller en matière de communication au ministère de l’Éducation, a pris note des doléances de Ram et de son épouse puisque le ministère a tout de même un droit de regard sur les écoles privées. Il a promis de revenir vers eux après avoir contacté l’ECCA.

Quant au directeur de l’école lui-même, il a insisté auprès de la rédaction d’Explik ou Ka que les enfants ont bien eu droit à leur déjeuner ce jour-là.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !