Live News

Navin Ramgoolam tacle Pravind Jugnauth et demande à Paul Bérenger de «pa met lager dan PTr»

«On ne fabrique pas un leader. On l'est ou on ne l'est pas», a lancé Navin Ramgoolam lors du congrès-anniversaire du Parti travailliste (PTr), à l'occasion des 82 ans d'existence de ce parti, à l'auditorium Octave Wiehe à Réduit ce dimanche 25 février.

Le leader des rouges en a profité pour «régler ses comptes» aux Jugnauth tout en lançant une mise en garde à Paul Bérenger.

Le leader du PTr a critiqué l'actuel gouvernement pour son incapacité à réparer la route Terre-Rouge-Verdun en trois ans. Il se félicite d'avoir pris 19 mois pour la construire et soutient que même s'il y a des problèmes, il existe des garanties.

Le leader du PTr a aussi critiqué le Premier ministre, Pravind Jugnauth, pour « ses sorties télévisées ». « La MBC le suit partout : lorsqu'il va ramasser des ordures sur la route et lorsqu'il fait le pèlerinage à Grand-Bassin.»

Selon Navin Ramgoolam, la nomination de Pravind Jugnauth comme Premier ministre n'aurait jamais été acceptée dans une autre démocratie à travers le monde. Navin Ramgoolam ajoute que Pravind Jugnauth a voulu refaire son image en recrutant un nouveau conseiller : «Un leader ne se fabrique pas. Soit on l'est soit on ne l'est pas». 

Navin Ramgoolam déplore la nomination de Roubina Jadoo-Jaunbocus comme ministre alors qu'elle a été convoquée par la commission d'enquête sur la drogue pour ses nombreuses visites à des détenus en une seule journée en sa capacité d'avocate.

Le leader du PTr est aussi revenu sur les «récents scandales» qui ont secoué le gouvernement, notamment l'affaire Soodhun.

Navin Ramgoolam à son arrivée au congrès.

Navin Ramgoolam estime que l'absence du MMM au congrès-anniversaire des rouges est liée aux pressions exercées par le MSM. Navin Ramgoolam prévoit une alliance entre le MSM et le MMM aux prochaines élections. Il a, cependant, lancé une mise en garde à Paul Bérenger et a demandé à ce dernier de ne pas semer la zizanie au sein des rouges.

«Mo donne li ene ti conseil. Pas met lager dan PTr», a martelé Navin Ramgoolam. Il demande le respect pour Xavier-Luc Duval et son poste de leader de l'Opposition, car la constitution est claire à ce sujet vu le nombre de députés dont dispose le PMSD au Parlement. 

Pour Navin Ramgoolam, l'histoire du PTr et celle de Maurice sont indissociables. Il a rendu hommage aux tribuns de son parti pour leur contribution à l'indépendance et au progrès du pays :

Les travailleurs étaient exploités. Le 23 février 1936, le Dr Maurice Curé a demandé aux travailleurs de le rejoindre au Champ de Mars. Il n'y avait pas d'autobus, ni de briani, mais les travailleurs savaient que quelqu'un était là pour eux.»

L'ancien Premier ministre a cité plusieurs réalisations du PTr au cours de son discours, notamment la création du poste de Commissaire de Police, la construction de l'aéroport, l'agrandissement du port, les licences octroyées aux radios privées et la création de la National Human Rights Commission.

«Ce n'était pas facile de marier le développement économique et la justice sociale, surtout dans des conditions difficiles. Deux économistes disaient qu'on était voué à l'échec. Mais le PTr l'a fait», a affirmé Navin Ramgoolam.

Arvin Boolell et Navin Ramgoolam (Photo : Rajenee Panchoo)

Navin Ramgoolam a plaidé, au cours de son discours, pour une représentation équitable dans chaque circonscription dépendant de leur superficie. Il réclame une refonte du Constituency Labour Party, plus de méritocratie, plus de transparence et 50% de nouveaux candidats. Il ajoute que certains devront céder leur place y compris lui-même.

«Moi aussi je dois passer la barre à un autre. En 2014, j'avais dit que j'étais arrivé à la fin de ma carrière, mais j'ai été arrêté. On doit pouvoir préparer la relève pour redonner espoir aux gens. L'élection d'Arvin Boolell nous a montré des signes que la roue est en train de tourner», a-t-il résumé.

Ci-dessous quelques photos prises lors du congrès-anniversaire du PTr :

(Photos : Rajenee Panchoo)