Actualités

Navin Beekharry : «Il y a urgence»

Navin Beekharry

Il est celui qui présidera la Task Force sur la drogue. Navin Beekharry qui est Directeur général de la commission anti-corruption affirme qu’il y a urgence et compte sur la collaboration de tous les acteurs concernés pour mener à bien la mission qui lui a été confiée par le Premier ministre, Pravind Jugnauth.

Une bonne partie de l’enquête a déjà démarré depuis octobre 2016. Ce sont les propos de Navin Beekharry dans une première déclaration après qu’il ait été désigné pour présider la Task Force sur le rapport Lam Shang Leen. « Il y a déjà des enquêtes sur certaines personnes. Il y aura maintenant de nouvelles enquêtes concernant le blanchiment d’argent et la corruption liés au trafic de drogue », explique-t-il.

Annoncée jeudi par le Premier Ministre, cette Task Force comprendra également le Commissaire de police, les patrons de la MRA, de la FIU et l’Integrity Reporting Services Agency, ainsi que le numéro 2 du Parquet. « Ce qui est intéressant c’est que l’approche à adopter pour ces enquêtes demande la coopération et la coordination de toutes les organisations qui siègeront sur cette Task force », poursuit notre interlocuteur. Il est revenu sur le travail déjà entamé par plusieurs de ces organisations à son initiative, depuis plusieurs mois, pour développer un « interagency group ».

Ensemble, ces instances auront pour tâche d’enquêter sur les personnes dont les noms figurent dans le rapport de la Commission d’enquête sur la drogue.  Navin Beekharry a ajouté qu’il faudra que tous se rassembler pour mener les enquêtes et assurer la mise en œuvre des recommandations du rapport. Il a précisé « qu’il est important de mettre de côté les différents et travailler ensemble pour lutter contre les trafiquants de drogue ».

Le Directeur général de l’ICAC compte sur la collaboration des autres acteurs de cette Task Force pour accomplir leur mission. Toutefois, il se dit conscient de l’urgence de la situation. « Il faudra mettre sur pied les structures, regrouper les ressources et les compétences, et trouver une méthodologie de travail. Mais nous allons commencer à travailler le plus vite possible, car il y a urgence », soutient ce dernier.