Magazine

Nathalie Baissac Daruty de Grandpré : le bien-être par les herbes

Nathalie Baissac Daruty de Grandpré Nathalie Baissac Daruty de Grandpré fabrique des produits et des tisanes à base de plantes médicinales et aromatiques.

Donnez-lui une feuille ou une fleur et elle vous livrera ses origines et ses vertus. À 47 ans, Nathalie Baissac Daruty de Grandpré fait partie des rares femmes herboristes de l’île. Elle fabrique des produits à base de plantes médicinales et aromatiques à travers sa petite entreprise Feuilles et Fleurs. Rencontre.

Les fleurs et les feuilles regorgent de bienfaits. Et ce n’est pas Nathalie Baissac Daruty de Grandpré qui vous dira le contraire. Cette femme entrepreneur, amoureuse de plantes, met son savoir-faire au service des autres depuis quelques années déjà.

Après des études d’histoire à la Réunion et en France, Nathalie entame une carrière dans le professorat comme enseignante d’histoire et de géographie. Elle poursuivra par la suite ses études en phytothérapie et aromathérapie pendant deux ans. C’est ainsi que verra le jour Feuilles et Fleurs.

« À la fin de mes études de phytothérapie, j’ai eu l’idée de faire des infusions, parce que j’aimais ça. J’ai commencé avec des plantes de mon jardin et j’ai invité des amis à une petite vente chez moi. Ensuite, j’ai fait un ou deux marchés de Noël. J’ai continué puis je me suis agrandie, petit à petit ».

Son amour pour les plantes s’est manifesté que bien plus tard. « J’ai toujours été proche de la nature dès mon plus jeune âge. Je tiens cela de ma famille maternelle. Je suis une grande passionnée d’infusions et de plantes médicinales. Malheureusement, je vis dans une ville, entourée de béton », lance Nathalie.

Selon l’herboriste, les plantes ont été négligées depuis qu’est née l’industrie pharmaceutique. « Et pourtant elles sont connues depuis la nuit des temps pour accompagner les humains et les animaux. Même si je sais que les médicaments sont indispensables pour soigner de nombreuses maladies graves, les plantes sont un soutien énorme et un moyen de prévention extraordinaire », fait ressortir Nathalie.

C’est à cette sagesse ancestrale perdue que Nathalie souhaite redonner ses lettres de noblesse. « Cultiver de façon organique est ma contribution et ma part de colibri. Pour résumer, elles sont bonnes pour la terre et pour l’homme ». Nathalie se laisse imprégner par les senteurs et les arômes des plantes. « Lorsqu’elles sèchent dans le séchoir, un parfum extraordinaire embaume mon atelier et lorsque je les livre, c’est une merveille dans ma voiture. Ce parfum me met systématiquement de bonne humeur ».

Outre les marchés de Noël, l’herboriste confie que ses principaux clients sont venus à elle, à travers le bouche-à-oreille. « Jusqu’ici Feuilles et Fleurs était plus un hobby qu’un business. Je n’avais pas assez de plantes pour aller chercher de nouveaux clients. Mais en ce moment, je souhaite m’agrandir. J’ai signé un contrat avec la Turbine grâce aux aides du Mauritius Research Council (MRC) pour promouvoir les start-up et je commence le coaching cette semaine. Puis j’ai commencé à planter sur mon terrain agricole, et des travaux sont en cours pour y aménager un atelier ».

En attendant de se faire connaître davantage, Nathalie souhaite commercialiser sur le marché mauricien et réunionnais. « Je prévois aussi des formations et je voudrais me former auprès de guérisseurs dans d’autres pays ».