Magazine

Naissance du premier girafon à Maurice : un coup de cœur nommé Nyota 

Après 15 mois de gestation dans le ventre de sa mère Mikemba, la petite Nyota, qui signifie « étoile » en swahili, est née vers 1 h 30, dans la nuit du 19 au 20 octobre 2019 au Casela World of Adventures. Il s’agit du premier girafon à voir le jour à Maurice. Un événement que toute l’équipe de zoologie du parc attendait impatiemment depuis deux mois. Les soigneurs, qui faisaient tour à tour le guet autour de la future maman, confient que c’est avec beaucoup d’émotion qu’ils ont vécu la naissance de ce premier bébé girafe mauricien, qui est une femelle. 

«A star is born. » C’est ainsi que Casela World of Adventures qualifie la venue au monde de son premier girafon. Pesant 60 kilos et mesurant deux mètres de haut, Nyota est en parfaite santé. La girafe s’est fait attendre pour sa première conférence de presse le jeudi 14 novembre. Tantôt se cachant derrière sa mère Mikemba, tantôt montrant son joli minois, nous avons pu l’apercevoir lorsqu’elle est venue voir son père Tagada sur la plateforme des girafes. Lieu où Raoul Maurel, Managing Director de Casela World of Adventures, lui faisait l’éloge, tout en réitérant l’engagement du parc de 300 hectares envers le respect de l’environnement, de la nature et des animaux, depuis sa création en 1979. 

« Monn tann bouf. Letan monn gete monn trouv baba la… » a raconté l’animalier chargé de surveiller Mikemba dans l’enclos de nuit des girafes à Evans Gopal, le responsable de zoologie. C’était aux petites heures. En apprenant la nouvelle, l’équipe de soigneurs a été dépêchée sur les lieux. Elle est arrivée quinze minutes plus tard. Ce n’est toutefois qu’après 45 minutes que la petite Nyota, qui est une femelle, s’est mise debout. « Elle a commencé à boire après une heure et 15 minutes. Nous avons pris soin d’elle et de sa mère. C’était un moment émouvant. C’est aussi le résultat d’un grand travail de conservation en amont fait par le Groupe Médine et Casela World of Adventures qui offrent la chance aux milliers de visiteurs du parc de contempler de magnifiques girafes d’Afrique, classées en danger d’extinction par l’Union internationale pour la conservation de la nature », soutient Evans Gopal. 

Histoire d’amour

 
Pour voir Nyota en exclusivité dans son habitat, nous avons suivi Cendrine de Chalain. Cette ancienne femme au foyer confie qu’elle a intégré l’équipe de zoologie de Casela en 2015. Âgée d’une cinquantaine d’années, elle se dit chanceuse de faire ce métier. « J’adore les girafes. Casela m’a donné l’occasion de travailler avec elles. Tout ce que je sais, je l’ai appris sur le tas. C’est une expérience formidable », dit-elle. Au quotidien, la zookeeper est en poste de 8 h 30 à 17 heures. À son arrivée à l’enclos des girafes, elle vérifie si tout va bien. « Comme elles ont été seules toute la nuit, nous vérifions si elles n’ont pas eu de bobos. Nous leurs donnons des petites gâteries pour qu’elles s’approchent de nous. En les caressant, nous pouvons juger si elles portent des blessures », explique-t-elle. 

Cendrine de Chalain ajoute que Casela compte sept girafes, dont deux mâles : Caramel et Tagada. Ce dernier est le mal dominant, fait ressortir la zookeeper. Les femelles sont Mikemba, Bella, Kiara, Queen et Malaika. Vient s’ajouter à la liste la petite Nyota. Originaires d’une réserve naturelle de Johannesburg, les girafes sont arrivées à Maurice en octobre 2014. 

« La chance qu’on a ici est qu’il fait moins chaud et moins froid qu’en Afrique. L’adaptation des girafes à leur nouvel environnement a été assez facile », souligne Cendrine de Chalain. 

Les girafes, qui sont herbivores, ont accès à la nourriture naturelle. Grâce à leur long cou, elles peuvent manger herbes et feuillage dans la forêt où se trouve leur enclos. Les soigneurs agrémentent leur repas de céréales. « Nous les nourrissons tous les matins. Nous leur donnons au total une vingtaine de kilos de céréales. Idem pour la luzerne (plante riche en protéines ; NdlR). Puis il y a des activités sur la plateforme des girafes où les visiteurs viennent les nourrir. Quand nous les ramassons le soir, nous leur donnons encore à manger », explique Cendrine de Chalain qui dit partager un lien privilégié avec ces animaux connus pour être les plus grands de la planète. « Ils sont francs. Soit ils vous aiment, soit ils ne vous aiment pas. Tout est dans l’approche. Au début j’avais très peur. J’ai fermé les yeux et je leur ai tendu la main. Bingo ! Depuis, je ne peux plus me passer d’eux. Je les adore. » Son préféré c’est Tagada. « Il me comprend. Il connaît tous mes secrets », conclut-elle dans un éclat de rires. 

L’éducation à travers l’Entertainment 

« On voit des documentaires fabuleux sur la faune sauvage. On entend parler d’espèces en danger d’extinction. Mais c’est vraiment lorsqu’on se retrouve en présence d’un de nos 34 lions qu’on ressent une forte émotion. C’est à travers cela qu’on prend conscience que ce serait une grande perte pour la planète si celui-ci venait à disparaître », a expliqué lors du point de presse Raoul Maurel, Managing Director de Casela World of Adventures. « Nous prenons ce rôle éducatif très au sérieux. Nous nous engageons à aller encore plus loin. Nous voulons renforcer le respect de l’écologie et surtout cette notion que nous appelons ici l’éducation à travers l’Entertainment (Edutainment). Notre mission à Casela cadre avec celle du Groupe de Médine qui est de développer l’héritage de la côte Ouest de Maurice de façon soutenable en offrant des expériences inédites. »


Dominique Edouard : «J’ai eu la chance de la voir faire ses premiers pas»

dominiqueEn tant que responsable du safari au Casela World of Adventures, Dominique Edouard s’occupe de faciliter le travail des soigneurs, tout en s’assurant que les protocoles vétérinaires sont respectés à la lettre. « Notre boulot est de veiller à ce que tous les animaux en captivité soient respectés et en bonne santé. Dans le cas de Nyota, une dizaine de personnes se relaient matin et soir. J’ai eu la chance de voir le bébé faire ses premiers pas. Sa naissance est une grande satisfaction », explique-t-il. 

Il ajoute qu’avec l’aide d’un vétérinaire, les soigneurs surveillent la croissance de la petite étoile qui ne se nourrit que de lait maternel pour le moment. « Comme sa mère n’est pas à l’aise avec le groupe de girafes, nous lui livrons des kilos de branches tous les jours. Nous refilons quelques brindilles en même temps à Nyota, histoire qu’elle commence à grignoter », dit-il en souriant.


40 ans, ça se fête !

Depuis 1979, Casela a reçu des millions de visiteurs. Parmi des Mauriciens et des touristes de toutes générations confondues. Pour remercier les citoyens de leur soutien, Casela lance la campagne Enn Kado Pou Zot qui se déroulera du 16 novembre 2019 au 12 janvier 2020. Cette initiative s’inscrit dans le cadre de son 40e anniversaire. À l’agenda : un calendrier d’activités. Qui dit 40 ans dit aussi 40 % de rabais sur le ticket d’entrée au parc. Il passe à Rs 300 par adulte et à Rs 180 par enfant. Le buffet au restaurant sera au tarif de Rs 330 et le BBQ Ring of Fire au Thrill Mountain sera à partir de Rs 270. Quant au tarif d’accès au Big Cats Drive Through, il est à Rs 150. Le prix de l’interaction avec les lions passe à Rs 600. 

Cerise sur le gâteau : accès gratuit au parc pour ceux qui sont nés en 1979. Le 20 novembre, Casela lance une compétition d’images d’antan sur sa page Facebook. L’objectif : faire revivre et partager les photos vintage du parc. La date butoir pour la soumission des photos est fixée au 10 décembre. Les noms des gagnants seront dévoilés le 12 décembre, soit la date anniversaire de Casela. Événement qui sera marqué par une vidéo et le lancement d’un livre commémoratif comportant ses plus belles images. 

Autre événement à venir : Noël. Le parc ouvrira ses portes gratuitement aux enfants défavorisés des associations œuvrant pour leur bien-être. En janvier 2020, une Casela Song sera lancée. Après cinq mois de bons plans, les festivités des 40 ans de Casela prendront fin en mars 2020, soit le jour de l’indépendance de Maurice. Il y a aura aussi une semaine namibienne. C’est ce qu’indique Natacha Mudhoo, Head of Sales de Casela Nature Parks.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !