Actualités

Musée de l’esclavage : les travaux sur le concept ont démarré

Le  Concept Committee multidisciplinaire du musée de l’esclavage, qui a enfin vu le jour, a tenu sa première réunion le 8 juillet dernier. Un sous-comité a été institué pour déterminer les thèmes qui seront abordés dans ce musée.

Le comité a discuté de ses  attributions pour mener à bien la création de ce musée, qui prendra ses quartiers dans les anciens locaux de l’hôpital militaire, à côté de l’Aapravasi Ghat. Par la suite, le comité devra déterminer le contenu historique, développer la liste des objets qui composeront la collection, rédiger les textes et les éléments multimédias qui y seront associés et déterminer l’utilisation de l’espace intérieur et extérieur. Le comité devra aussi conseiller le gouvernement sur les actions à entreprendre pour compléter le projet.

C’est Jean Maxy Simonet, secrétaire à la fonction publique, qui préside le comité, qui comprend aussi Jean-François Chaumière, conseiller au bureau du Premier ministre,  ainsi qu’un représentant du ministère des Finances, du ministère des Infrastructures publiques, du Tourisme, et des Arts et de la Culture.

Plusieurs autres corps paraétatiques opérant dans un domaine lié au projet auront chacun un représentant. Ce sont l’Aapravasi Ghat Trust Fund, le Nelson Mandela Centre for African Culture, le National Heritage Fund, Le Morne Heritage Trust Fund et le Mauritius Museums Council. Ces représentants officiels du secteur public seront épaulés par un groupe de chercheurs indépendants. Les historiennes Vijaya Teelock et Marie-Axelle Stéphanie représentent les académiques. Si la première est déjà très connue, la deuxième a travaillé sur l’abolition et son héritage à Maurice. Jonathan Ravat, de l’Institut Cardinal Jean Margéot, Joël Édouard, qui a étudié la traite des esclaves à Rodrigues, Sophie Lechartier, anthropologue, Alain Romaine, chercheur au Centre for Research on Slavery and Indenture, Marjorie Carpooran, Jimmy Chavrimootoo, Marjorie Barbé-Moonien et l’experte en tourisme culturel et chargée de cours à l’université de Maurice, Chaya Hurnath.
L’objectif principal de la création de ce musée est de donner plus de visibilité à l’esclavage et la traite dans l’océan Indien. Outre la promotion de l’histoire de l’esclavage, le musée devra aussi mettre l’accent sur la contribution de la diaspora africaine dans le développement à travers le monde.

Outre ces objectifs de base, le musée endossera également d’autres fonctions. L’étude de l’esclavage et du commerce des esclaves dans l’océan Indien sera aussi une priorité. La collecte et la préservation de documents historiques liés à cette période de l’histoire seront aussi importantes. L’élaboration d’un catalogue des artefacts relatifs à cette période fera aussi partie des fonctions du musée.

Outre les expositions permanentes au sein de l’ex-hôpital militaire, le musée devra aussi élaborer des expositions itinérantes. L’aspect éducatif sera aussi important, avec l’élaboration de curriculum et de matériaux pédagogiques.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • A loan with perspective