Xplik ou K

Municipalité de Vacoas/Phoenix : la chute d’un mur jouxtant la rivière de Mesnil provoque des débordements

Le mur s’est effondré en raison de l’érosion.

Presque un an depuis qu’un mur jouxtant la rivière de Mesnil s’est effondré. Cette chute provoque un débordement dans la cour de Nasif, habitant de Mesnil, Phœnix, à chaque période de fortes pluies. Malgré la plainte enregistrée à la Citizen Support Unit et à la municipalité de Vacoas/Phœnix en janvier 2018, rien n’a été fait jusqu’ici. 

La maison de Nasif se situe devant la rivière de Mesnil. Le mur derrière sa maison existe depuis 15 à 20 ans. Il a été érigé lorsque le morcellement a été mis en place, nous a expliqué Nasif. « J’avais déjà alerté la mairie l’année dernière. J’avais fait part de mes craintes car, avec l’érosion, ce mur allait s’effondrer. Toutefois, aucune mesure n’a été prise jusqu’ici », souligne-t-il. Effectivement, quelques mois plus tard, après les grosses pluies et les conditions cycloniques, un segment du mur s’est effondré. C’était le 20 janvier 2018. Ce qui a provoqué un débordement sur le terrain de Nasif. « Jusqu’à présent, lors de fortes accumulations d’eau dans la rivière, mon arrière-cour est inondée. Ma maison est inondée. »

Nasif explique que régulièrement, les employés de la municipalité viennent « nettoyer » la rivière. Cependant, dit-il, « ils ne coupent que la partie supérieure des plantes dans la rivière et jettent les feuilles coupées dans l’eau. Par conséquent, les débris obstruent la rivière ». 

Nasif juge que le danger est imminent. « Déjà, on a annoncé que plusieurs cyclones toucheront l’île dans deux mois. Il y a de fortes chances que le mur de mon arrière-cour ne tienne pas le coup », fait ressortir Nasif. 

« Le maire est venu sur le site. Mais, il n’y a eu aucun changement. J’avais demandé qu’on retire les blocs en ciment, les branches et les feuilles pour ne pas obstruer la rivière mais rien n’a été fait… » Et de faire ressortir que presque une heure après qu’il a enregistré ses doléances, le 21 janvier 2018, la Citizens Support Unit lui a répondu : « Nous renvoyons l’affaire au Conseil municipal de Vacoas/Phœnix pour une action urgente à leur niveau. » Mais encore une fois, se plaint Nasif, « rien n’a été effectué. »

La rédaction d’Xplik ou K a contacté Farad Dowlut, le maire de Vacoas/Phœnix. Ce dernier avoue être au courant du problème, mais soutient qu’il est « faux de dire que rien n’a été fait. » Il souligne qu’au niveau de la municipalité, « nous avons déjà enclenché les démarches. Dans un premier lieu, nous avons lancé le ‘tender’ mais, les soumissionnaires ont fait ressortir que le budget alloué pour les travaux n’était pas suffisant.

C’est la raison pour laquelle les travaux tardent à débuter. » Et d’ajouter : « On a dû envoyer une requête au ministère des Infrastructures publiques pour un budget additionnel qui a été approuvé. Et nous avons eu l’aval de diviser les travaux en deux phases, le ramassage des blocs est sur la liste des tâches à effectuer par le contracteur. Actuellement les tenders sont en phase d’analyses. Le contrat sera alloué dans les deux prochaines semaines. Je comprends les tracasseries de Nasif, mais nous devons respecter les paramètres », explique le maire.

Cependant, Farad Dowlut tient à préciser que « le mur effondré a été construit illégalement par les anciens habitants. La distance entre la rivière et les maisons n’a pas été respectée. Malgré cela, nous ferons le travail. D’ici mi-décembre, la situation s’améliorera ».