Faits Divers

Moyen frauduleux pour obtenir son argent : un retraité réclame Rs 1,7 million à une habitante de Surinam

Poste de police de Mahébourg Le retraité a porté plainte au poste de police de Mahébourg contre cette habitante de Suriman qui lui aurait soutiré de l’argent par des moyens frauduleux.

Il pensait avoir trouvé l’amour auprès d’une habitante de Suriman, après son divorce. Or, tel n’a pas été le cas. Car celle-ci n’avait qu’un but, celui de lui soutirer de l’argent par des moyens frauduleux. Il a même acheté un terrain et fait construire une maison pour la femme. Après avoir découvert le subterfuge, il l’a traînée en justice pour lui réclamer son dû, soit la somme de Rs 1 750 000.

Javed (prénom modifié) a déposé, devant la cour civile intermédiaire, une réclamation de Rs 1 750 000 contre une habitante de Surinam, que l’on prénommera Sarah. Il lui réclame son dû après avoir acheté un terrain où il a fait construire une maison.

 Pour Javed, Sarah lui doit cette somme pour avoir commis une rupture de contrat. Car celle-ci avait signé un acte notarié dans lequel elle a reconnu être endettée auprès de Javed pour cette somme qu’elle envisageait de régler. Or, tel n’a pas été le cas. En dépit d’une mise en demeure.

Par ailleurs, Javed a porté plainte contre Sarah au poste de police de Mahébourg faisant état des moyens frauduleux qu’elle a utilisés pour lui soutirer de l’argent.

Javed a retenu les services de l’avocat Ajit Joyekurrun, assisté de l’avoué Selva Murday.

Dans sa plainte, Javed fait le récit de son histoire qui a tourné au cauchemar. Le plaignant, qui est à la retraite, a travaillé pendant 40 ans dans le secteur de l’éducation et occupait le poste de Accounting and Economics Teacher dans un collège d’État. Actuellement, il est conférencier dans un établissement tertiaire à Highlands.

« Des cadeaux »

« C’est en avril 2017 que j’ai pris ma retraite et on m’a offert un montant forfaitaire de Rs 2 millions que j’ai placé en banque », affirme  Javed. Il dit avoir divorcé depuis juin 2014.  C’est le 13 juillet 2017 que sa vie a changé lorsqu’il a reçu un appel téléphonique. C’était de la part de Sarah.

Javed dit qu’il n’a pas essayé de savoir comment celle-ci a obtenu son numéro de téléphone. Il avance qu’ils ont conversé et que Sarah lui a dit qu’elle voulait se lier d’amitié avec lui. Se sentant seul, il ne s’est pas interrogé sur le motif de Sarah, car celle-ci était très amicale. Et la connexion entre eux s'est bien établie.

Ainsi, ils ont décidé de se rencontrer le lendemain pour mieux se connaître. Le rendez-vous était à Mahébourg. Ils se sont rendus à Blue Bay. Ils ont déjeuné et fait des achats ensemble. Javed a même acheté des présents pour Sarah. Puis, de jour en jour, leur amitié a changé.  Javed dit qu’il est tombé amoureux de Sarah.

Les choses entre eux se sont concrétisées. Ils ont décidé, en juillet 2017, de se marier religieusement, le nikah fut célébré en décembre 2018 et ils commencé à vivre ensemble. Par ailleurs, Javed a même aidé Sarah à obtenir son divorce en octobre 2018. «  J’ai financé les dépenses pour qu’elle obtienne son divorce », affirme Javed dans sa plainte.

Javed souligne avoir acheté des meubles, vêtements et une voiture pour sa « bien aimée ». Concernant la voiture, Javed a fait Sarah signer un acte notarié selon lequel elle allait lui rembourser la somme de Rs  550 000 afin de protéger ses biens si la jeune femme voulait disposer de la voiture.

Il a même acheté un terrain et fait construire une maison. Il dit avoir dépensé au total Rs  1  750 000. La construction de la maison a débuté en novembre 2017 et prit fin en février 2018.

C’est alors que Javed dit avoir découvert le subterfuge de Sarah. Il affirme que cette dernière n’avait qu’un but : lui soutirer de l’argent de façon frauduleuse.  Il fait état d’un accord entre lui et Sarah que celle-ci a signé. Ce document indique que Sarah doit lui rembourser la somme de Rs 1 750 000 après l’achat du terrain et la construction de la maison. Pour obtenir réparation et récupérer son dû, il a eu recours à une bataille juridique.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !