Actualités

Mouvement syndical : la CTSP s’oppose au financement des partis politiques par des entreprises

La Confédération des travailleurs du secteur privé (CTSP) est résolument opposée au financement des partis politiques par les entreprises privées. Lors d’une conférence de presse le jeudi 13 septembre, Reaz Chuttoo, président de la CTSP, est revenu sur le projet de réforme du gouvernement.

Il s’est appesanti sur la déclaration de Nando Bodha à l’effet qu’une entreprise pourrait financer une formation politique. Le syndicaliste a exprimé de sérieuses réserves sur ce point. Selon lui, si le gouvernement veut mener la lutte anticorruption, il ne faut pas permettre aux firmes privées de verser de l’argent aux partis politiques. Reaz Chuttoo n’arrive pas à comprendre que « des sociétés disent qu’elles sont confrontées à des difficultés, mais en même temps elles accordent du financement aux partis politiques. »

Au sujet de la réforme du National Pensions Fund, le syndicaliste souligne que le plan a été introduit en 1978 pour durer 40 ans. Il explique qu’une réforme doit venir au plus vite. « C’est un fait que les anciens travailleurs du secteur privé ne peuvent pas vivre de leurs pensions », affirme Reaz Chuttoo.

Il ajoute qu’il y a trois mois, le ministre de la Sécurité sociale Etienne Sinatambou avait réagi à la suite d’une lettre de la CTSP. Il disait que la réforme viendrait incessamment. Mais Reaz Chuttoo souligne qu’il ne s’est rien passé. La confédération a aussi menacé de descendre dans la rue le 6 octobre pour réclamer des amendements aux lois du travail.