Politique

Motion de destitution : la majorité des 2/3 acquise

Xavier-Luc Duval. Le leader de l’opposition Xavier-Luc Duval.

Pravind Jugnauth a besoin d’une majorité de deux tiers des voix au Parlement pour faire passer une motion instaurant un tribunal spécial pour examiner le cas Ameenah Gurib-Fakim. Or, le gouvernement compte 43 députés et il lui faut 46 voix.

À l’Hôtel du gouvernement, on estime que les deux élus de l’Organisation du peuple rodriguais soutiendront la motion. Il lui manque donc un seul vote. Le Premier ministre ne devrait pas se faire beaucoup de soucis, car le soutien de certains partis de l’opposition lui est déjà acquis, dont celui du Parti mauricien social-démocrate (PMSD). Ce parti compte dix députés.

« Nous voterons en faveur de la motion », confirme Xavier-Luc Duval, le leader de l’opposition. Cependant, la suspension ou non d’Ameenah Gurib-Fakim est une tout autre question.

« Notre soutien à une suspension de la Présidente dépendra de trois facteurs : que les travaux du tribunal se fassent en public, qu’il y ait une commission d’enquête et que l’acte d’accusation soit solide », précise Xavier-Luc Duval.

Au Parti travailliste, on penche certes en faveur d’une motion de destitution, mais la suspension de la présidente dépendrait aussi de certains facteurs.