Faits Divers

Mort d’un nourrisson : une décision de la cour attendue le 31 janvier 2019

Thesy Steven Robertson Le prévenu est accusé d’avoir tué un nourrisson.

Alors que la cour intermédiaire était appelée à trancher dans l’affaire de Thesy Steven Robertson concernant le décès d’un bébé, la poursuite a demandé la réouverture du procès. En effet, la police a pu retracer le témoin principal, soit la mère du nourrisson. Une décision est attendue pour fin janvier.  

Thesy Steven Robertson, un soudeur d’une trentaine d’années, est poursuivi pour coups et blessures ayant causé mort d’homme en cour intermédiaire. Il est accusé d’agression mortelle sur sa belle-fille, la petite Anna Julia Mootoo, âgée de six mois. Le drame s’est produit le 16 décembre 2015, à Roche-Bois. Il a plaidé non coupable.

Le témoin principal de la poursuite n’est nul autre que la concubine du prévenu, Marie Winnie Mootoo, la mère du bébé. Celle-ci était constamment absente lors du déroulement du procès, mais la police a enfin pu la retracer. Ainsi, la poursuite a demandé que le procès soit rouvert. La défense a objecté, car les deux parties ont déjà fait leurs plaidoiries et qu’un jugement était attendu. Or, la poursuite a ajouté que Marie Winnie Mootoo avait des preuves matérielles à avancer en cour.

Après avoir écouté les débats des deux parties sur la motion de la poursuite, la magistrate Adeela Hamuth a déclaré qu’elle prononcerait son ruling le 31 janvier 2019. Thesy Steven Robertson est défendu par Me Alvin Juwaheer, tandis que la poursuite est représentée par Me Abdool Raheem Tajoodeen.

Caillots de sang

Retour sur les faits. La petite Anna Julia Mootoo est transportée à l’hôpital Jeetoo à Port-Louis, par sa mère, deux jours après avoir été agressée. La mère constate que l’état de santé de son bébé s’est détérioré. Le nourrisson, qui porte des blessures à la tête et souffre de fractures aux pieds, est immédiatement admis aux soins intensifs. Le médecin traitant explique à sa mère qu’il y a des caillots de sang dans la tête de la petite Anna. Celle-ci subit des interventions chirurgicales, mais elle ne survit pas. Après son décès, une enquête est initiée par la police, qui soupçonne un cas de maltraitance.

L’autopsie, pratiquée par les médecins légistes Sheila Prasad Jankee et Maxwell Monvoisin, attribue la cause du décès du nourrisson à des « cranio cerebral injuries ». Les deux médecins légistes décèlent aussi une cicatrice, au niveau de l’estomac, qui semble avoir été causée par des brûlures de cigarette. D’autres ecchymoses sont découvertes sur le petit cadavre. La petite Anna a aussi des fractures à la jambe droite et à la tête.
Lors de l’enquête, la police interpelle la mère. Dans un premier temps, elle indique que son bébé a fait une chute. Puis, elle revient sur sa déclaration. Elle explique qu’elle s’est rendue à la boutique du coin en laissant Anna sous la garde de son concubin, Thesy Steven Robertson. Le 23 décembre 2015, ce dernier est arrêté par la police. Lors de son interrogatoire, il nie catégoriquement avoir frappé l’enfant.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !