Live News

Morcellement à Chitrakoot - Bobby Hurreeram : «Irresponsable et inconcevable»

Un projet de morcellement, situé en flanc de montagne à Chitrakoot, a été stoppé.

Les officiers du ministère de l’Infrastructure nationale et ceux de la municipalité de Port-Louis sont sur la brèche. Un projet de morcellement, situé en flanc de montagne à Chitrakoot, a été stoppé net la semaine dernière.

La mairie a émis un Stop Order car, selon les autorités, le développeur n’a pas eu de permis pour entreprendre des travaux d’une si grande envergure. D’autant que cette région est considérée comme étant à haut risque vu que la terre y est particulièrement instable avec des risques de glissements de terrain.

« À Chitrakoot, un entrepreneur a fait preuve d’une irresponsabilité extraordinaire. Il a creusé une partie du flanc de la montagne alors que la qualité de la terre y est très instable », reproche Bobby Hurreeram, le ministre concerné. Il précise qu’il ne faudrait jamais faire de construction dans cette région car quand il pleut, l’eau, la boue et des roches descendent en contrebas avec tout ce que cela comporte comme danger. « Ce projet a été fait sans même un permis de la municipalité », souligne-t-il.

Le village de Chitrakoot est connu comme un endroit à risque d’éboulements et de glissements de terrain. D’ailleurs, le gouvernement s’est lancé depuis quelques années dans un exercice de déplacement d’habitants pour les reloger dans un lieu plus sûr.

Ce sont les habitants eux-mêmes qui ont alerté les autorités. Plusieurs de leurs associations, dont le Mouvement civique de Vallée-des-Prêtres, le Saraswatee Mahila Sang, le Tulsi Krith Hanuman Mandir, le Bhawani Sabha, le Caroline Football Club et l’Indian Folk Music Academy ont écrit une lettre au Premier ministre pour dénoncer le déblayage du terrain et son découpage pour le niveler. Ils ont mis copie le ministère de l’Infrastructure nationale, celui de l’Environnement, celui du Logement et des Terres, de même que la municipalité.

Il y a quelques jours, les autorités ont constitué une équipe pour faire une descente sur le terrain. Interrogé, le lord-maire Mahfooz Moussa Cadersaib certifie que la municipalité n’a pas émis de permis de construction sur ce terrain et encore moins pour y aménager un morcellement. « Après un constat, nous avons ordonné au promoteur de stopper tous les travaux sur-le-champ », déclare-t-il.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !