Politique

À Mon-Choisy - Pravind Jugnauth : «Jugez-moi par mes actions et mon comportement»

Pravind Jugnauth Le Premier ministre a rappelé le combat de son gouvernement pour mater la mafia de la drogue.

Pas de discours politique lors de la célébration du Varusha Pirappu dimanche à Mon-Choisy. Bien qu’ayant pris la parole, Pravind Jugnauth a décidé de ne pas répondre aux revendications de la Mauritius Tamil Temples Federation (MTTF).

Pravind Jugnauth a souligné lors de son intervention que le gouvernement entretiendra toujours de bonnes relations avec la MTTF. Il a confirmé son soutien à la communauté et surtout à la fédération des temples tamouls. « Jugez-moi par mes actions et mon comportement ». C’est ce qu’a lancé le chef du gouvernement à l’assistance.  Il a ensuite évoqué le combat du gouvernement contre le trafic de la drogue. « Malheureusement, il y a eu des gens irresponsables pendant des années. » Il a ajouté qu’il poursuivra son combat contre le trafic et se dit fier de la  reconnaissance mondiale à l’égard de Maurice dans ce domaine. Il a félicité cette fédération, les temples et les autres organisations sociales pour leur engagement dans la propagation de la culture et de la spiritualité.

Abordant l’unité dans le pays, il a souligné que la diversité culturelle est un aspect de notre société et qu’elle doit nous unir davantage. Il a avancé que la tenue des prochains Jeux des îles de l’océan Indien sera une occasion pour consolider cette unité. Pravind Jugnauth met cependant en garde contre ceux qui tentent de briser l’harmonie sociale. Il se dit fier des réalisations de son gouvernement. « Les gens peuvent comparer entre ce qui est fait par nous et ce qui a été fait dans le passé. »

Pour sa part, le président de la MTTF, Rouben Ramasamy, a souhaité que l’alliance gouvernementale aligne, aux prochaines élections générales, des candidats de culture tamoule dans les circonscriptions 1, 6, 8, 13, 16, 18 et 20.

Pravind Jugnauth ne s’est pas prononcé sur cette requête.

Hors de la salle, certains demandaient à haute voix que le Premier ministre  ne fasse pas de commentaires politiques lors de cette fonction religieuse. « Je ne parlerai pas de la réforme électorale, je vois qu’il y a des agitateurs qui me demandent de ne pas parler de politique, je préfère ne pas répondre au président de la MTTF sur cet aspect, mais nous aurons une rencontre pour en parler. »

Non à la politique lors des célébrations

Alors que le Premier ministre prenait place, quelques individus ont été refoulés par les organisateurs. Ils se sont rassemblés devant le centre commercial de Mon-Choisy pour manifester. Barlen Moorgen, un des manifestants, condamne les responsables de la fédération des temples tamouls pour les avoir repoussés, car ils tenaient une pancarte disant «pas de discours politique… pas de politique sur le dos de la communauté. » Ils veulent tout simplement dire qu’il ne faut pas faire de la politique sur le dos de la communauté et de ne pas mélanger politique et religion, car la communauté n’appartient pas aux politiciens, dit-il.  « Le Premier ministre ne peut accaparer une fête de la communauté sans que les autres leaders politiques ne soient invités…Si jamais un autre leader arrive au pouvoir, que se passera-il? », lance un autre manifestant.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !