Législatives 2019

À Moka/Quartier-Militaire - Folklore électoral : Malin et Gandhi se mesurent aux Jugnauth !

Pravind Jugnauth affrontera son oncle Ashock Jugnauth, pour la quatrième fois, aux élections générales à Moka/Quartier-Militaire (8). Deux adversaires entrent dans la danse pour défier les Jugnauth. Ils sont Malin et Gandhi. 

Dhanrajsingh Aubeeluck, Leader du Party Malin: «Mo ena enn lesprit zenial» 

Dhanrajsingh Aubeeluck.
Dhanrajsingh Aubeeluck.

À qui les 42 268 électeurs de la circonscription No. 8 accorderont-ils leurs votes ? « C’est au Party Malin bien sûr, répond d’emblée Dhanrajsingh Aubeeluck, 58 ans, des Casernes, Curepipe, et qui est à sa 17e participation aux élections du pays : partielles, générales et municipales confondues. 

« Ban sat maron pa pou pass par limpos safwa la. Mo pou flush zot. Tanto mo ena enn renyon dan Trou-d’Eau-Douce me pa kone ki ler… Mo enn politisien ek enn filatelis. » Nous comprenons qu’il veut dire… philanthrope. « Mo pena finans. Mo mem mo aste mo latwal Rs 45 pou fer bandrol, inprime ek penn. Mo pe met mo ban talan mekanisien, tayerr ek politisien en aksion ». 

Pourquoi la circonscription No. 8 ? « Depi 1968, bann gro partis politik pe kouyonn lepep. Depi 16 eleksions, ban lider la ena leker poul. Les électeurs sont intelligents mais ils ont peur de voter le Party Malin car nou pena larzan. Zot prefer seki donn zot bribe elektoral. Mwa mo pa fer division etnik. Mwa mo enn chien de garde », soutient-il. 

Il s’énerve : « Tou le zour ena krim, vyol. Mo pa pou exkiz zot, ni piti, ni papa. Mo pratik politik kouma sir Gaëtan Duval. Mo program elektoral mo pa kopie lor Internet, mo tir li dan mo lespri zenial. Mo pou kass la povrete ek donn drwa lekspresion, individi ek paspor tou morisien. Monn gaygn enn bribe Rs 12 millions ek enn lanbasad (Ndlr : un poste d’ambassadeur dans un pays dont il ne se souvient pas le nom…) ek enn gran parti politik... Inn arriv ler pou aret vote missie ki met rouz a lev ». 

Tout à coup, il harangue : « Mauricien, Mauriciennes. Rodriguais, Rodriguaises. Chagossiens, Chagossiennes. Agaléens, Agaléenes, bizin vote Missie Malin. Ine arriv ler pou aret vann Moris. » Il parle de l’actualité, de l’affaire MedPoint, des dettes publiques de Maurice sur lesquelles le Fonds Monétaire International tire la sonnette d’alarme, du dossier Chagos et Agaléga dans le Budget du gouvernement indien, des coupures d'eau qui ont secoué Cité Joachim et de l’affaire des coffres de Navin Ramgoolam, entre autres. 

Il est interrompu par quelqu’un qui toque à sa porte. Il en perd le fil de sa conversation. « Sori. Enn tapaz inn bouz mo latet. Oui mo redir : Mo pe poz kandida parski mo anvi kone kot tou sa kas la inn ale, ki bann minis inn fer ar sa. Pas blye : gras a mwa kinn gagn ethanol dan Moris ek bann madam ansint inn gagn konge sis mwa. » 

Il revient sur sa décision d’être l’adversaire du Premier ministre sortant. « Kouma Leader Macarena ti dir, sak montagn ena so zako.  Mo poz kandida akoz mo ena enn lespri zenial. Mwa kinn gagn lide mett transport gratis ek donn madam ki balie lakaz Rs 3 500. Mo politik se nasional ek meritocrasi. Nou tou bizin manze, bwar ek ena drwa sivik. Mo enn gentleman ki pe deman sarite me mo ena enn top nivo ledikasion dan mo latet. Mo ena enn lespri zenial ek se sa ki pou fer moi eli dan nimero 8. »


Gandhi, un homme de Circonstance

Gandhi
 Mustapha Mohammed, 56 ans, s’habille comme le Mahatma Gandhi pour briguer les élections générales.

GandhiIl habite Circonstance à St-Pierre. Depuis 2010, Mustapha Mohammed, 56 ans, s’habille comme le Mahatma Gandhi pour briguer les élections générales. D’où son surnom : Gandhi. Sa mission : représenter les « ti-dimoun » à l’Assemblée Nationale et améliorer les conditions de vie des Mauriciens. Le 7 novembre, il sera sous la bannière du Front Solidarité Mauricien (FSM) dans la circonscription No. 8. « Je veux laisser mon empreinte dans l’histoire de Maurice », dit Gandhi. 

En attendant de prendre le large en janvier 2020, Mustapha Mohammed, pêcheur sur les bancs de Nazareth et Saya de Malha, laboure les champs et fait pousser des légumes. « Ma philosophie, c’est le partage ! J’aide des enfants des pêcheurs dans leurs études, des sans-abris et des personnes en difficulté que je repère en écoutant Explik ou K de Radio Plus », poursuit-il.

Pourquoi Gandhi ? Mustapha Mohammed raconte : « Pour mon 40e anniversaire, j’étais au bord d’une rivière près de la montagne Pieter-Both. J’ai vu mon reflet dans l’eau et je me suis dit ‘Mustapha, be to resanble Gandhi’ ! » ll s’est alors inspiré du combat du Mahatma pour en faire autant pour Maurice. « Mo pa enn vrai Mahatma, mo enn imitasion », lance-t-il en riant.  

En 2008, il participe aux élections partielles dans la circonscription No. 8 avec pour adversaire, Pravind Jugnauth. « J’ai décidé de m’habiller comme le Mahatma, j’ai porté le dhoti. J’avais créé un nouveau parti que j’ai baptisé La Voix Lepep et j’ai posé en indépendant. » Il s’en sort avec quelque 600 votes. En 2014 sous la bannière du FSM, il se retrouve à la 7e place. Il tente les villageoises et il est élu en tête de liste à L’Avenir/Beau-Bois. Il occupe le poste de président pendant un an avant de céder sa place et devenir conseiller.

Mustapha Mohammed s’est aussi battu pour les droits des pêcheurs. À travers une grève de la faim pendant 26 jours et un tour de l’île à pied, vêtu d’un dhoti. Est-ce qu’on se moque du nom qu’il s’est donné ? « Non, on me respecte. Certains m’appellent Gandhi, d’autres Bappu »,soutient-il.
 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !